Aliments aux hydrocarbures : des distributeurs s’engagent, le gouvernement traîne

29/11/2016

Un an après les révélations de foodwatch sur la contamination de nombreux aliments par des dérivés d’hydrocarbures, les huiles minérales, les bonnes nouvelles s’enchaînent. Des acteurs majeurs de l’industrie agroalimentaire comme E.Leclerc, Carrefour, Lidl, Intermarché et Système U ont enfin pris un engagement clair pour lutter contre la contamination de leurs produits par ces substances toxiques qui peuvent causer le cancer. La mobilisation paie, et c’est maintenant au gouvernement français de prendre ses responsabilités pour protéger tous les consommateurs.

A l’automne dernier, foodwatch publiait les résultats d’une étude alarmante. 60% des 42 aliments testés en France (riz, céréales de petit-déjeuner, lentilles, pâtes…) étaient contaminés par des huiles minérales aromatiques. Aussi appelées MOAH, ces substances sont bien connues des fabricants et distributeurs, puisque les scientifiques dénoncent depuis des années les risques qu’elles présentent : potentiellement cancérogènes et mutagènes, les MOAH sont aussi des perturbateurs endocriniens. Il y avait donc urgence à stopper l’exposition des consommateurs aux huiles minérales, ces substances toxiques qui se cachent dans de nombreux produits du quotidien.

Un an plus tard, le résultat est là. Plus de 103.000 personnes ont signé la pétition européenne lancée par foodwatch pour réclamer une réglementation qui protège enfin de cette contamination invisible à l’œil nu. En France, plusieurs grands groupes de l’industrie agroalimentaire interpellés par foodwatch se sont – enfin –  engagés à respecter des seuils de présence des huiles minérales dans les aliments. C’est le cas de E.Leclerc, Lidl, Carrefour, Intermarché, Casino et Système U. Plusieurs autres marques reconnaissent le problème, et disent prendre des premières mesures, comme Auchan, Nestlé ou Uncle Ben’s. Elles doivent encore aller plus loin, mais c’est encourageant.

 

Quant à Panzani (qui commercialise les couscous Regia, Ferrero et Lustucru) et la marque de cacao Van Houten, ils ne daignent même pas répondre.

Il n’est pas acceptable que la protection des consommateurs sur une question de santé publique ne repose que sur le bon vouloir de marques et distributeurs. C’est aux pouvoirs publics de prendre les mesures nécessaires pour protéger l’ensemble des consommateurs. foodwatch lance donc aujourd’hui une pétition : le gouvernement doit fixer des limites strictes à la quantité d’huiles minérales présentes dans les aliments, et rendre obligatoire l’utilisation de barrières.

Pour l’heure, le Commissaire européen à la Santé et à la sécurité alimentaire ne semble pas du tout prêt à prendre des décisions rapides sur ce dossier… foodwatch a interpellé les trois ministères concernés en France (Consommation/Economie, Santé et Environnement). Nos questions au Ministère de l’Economie, en charge de la Consommation, sont restées lettre morte… Et le Ministère de l’Environnement est aux abonnés absents. Le Ministère de la Santé admet le problème, mentionne groupes de travail et analyses… mais n’annonce aucune mesure concrète.

Signez la pétition maintenant !

Dernière modification le 29/11/2016