Actualités 27.04.2020

Covid-19 : les recettes des aliments changent... mais pas les étiquettes !

  • Scandales alimentaires
iStock/gilaxia

En cette période compliquée où l’industrie agroalimentaire redouble d’efforts pour assurer une production suffisante et répondre à la demande, nous avons découvert que des règles ont été très assouplies pour les fabricants. Au point qu’ils sont autorisés à produire des denrées dont la composition diffère de ce qui est indiqué sur l’étiquette. Cette mesure exceptionnelle, avalisée par la Commission européenne, permet aux industriels de modifier la formulation de leurs produits sans le préciser sur l’emballage, et ce au moins jusqu’au 1er juin 2020. Alors, comment savoir ce que nous mangeons réellement ?

Notre organisation, qui défend la transparence au nom des consommateurs, réclamait depuis trois semaines à la Répression des fraudes (ministère de l’économie) des précisions sur ces marges de manœuvre, permises par un règlement décidé au niveau européen le 30 mars dernier. Comment allions-nous être informés de ces changements si les étiquettes ne l’indiquaient pas ? 

Nous avons exigé la transparence : la DGCCRF informera les consommateurs

La Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes vient de nous confirmer que la liste des produits concernés par ces changements de recettes sera précisée sur le site internet de la DGCCRF. Les consommateurs ont le droit de savoir, c’est donc une très bonne chose. Nous souhaitons maintenant que les distributeurs et les marques soient aussi transparents en diffusant largement l’information détaillée dans les rayons des magasins, sur leurs sites et réseaux sociaux.

Nous nous inquiétions notamment des ingrédients allergènes susceptibles de se frayer un passage dans ces nouvelles recettes sans être clairement renseignés. La DGCCRF précise : « Aucune tolérance ne saurait être admise qui induirait un risque pour le consommateur ou qui conduirait à le priver d’une information essentielle à la caractérisation ou la bonne utilisation du produit ».

Nous avions également écrit début avril à la Commissaire européenne en charge de la sécurité des aliments pour faire part de nos inquiétudes et réclamer plus de transparence sur les mesures prises dans le cadre de la crise du Covid-19 en lien avec notre alimentation. 

Réclamez avec nous la fin de l'opacité !

Vous avez aimé cet article ? On a encore plein de sujets sur le feu : aidez-nous à continuer !

foodwatch est une association 100% indépendante qui refuse tout financement public ou dons d’entreprises qui pourraient présenter le moindre conflit d’intérêt. Ce sont donc vos dons qui garantissent notre liberté de parole et d’action pour enquêter, lancer l’alerte et faire bouger les choses. Ensemble, notre voix compte. Merci !

Je fais un don