Foire aux questions

Vous recherchez une information à propos de foodwatch France ?  Dans notre Foire aux questions (FAQ) vous trouvez les réponses aux questions les plus fréquemment posées. Si vous ne trouvez pas la réponse à votre interrogation, n’hésitez pas à nous écrire : info@foodwatch.fr ou via les réseaux sociaux.

1. foodwatch peut-elle me dire ce que je dois manger ou pas ? foodwatch va-t-elle m’aider à mieux manger ?

foodwatch ne donne pas de conseils en matière d’alimentation, car cela n’est pas notre rôle. En revanche, foodwatch enquête et dénonce les pratiques d’acteurs de l’industrie agroalimentaire et de responsables politiques qui vont à l’encontre  des droits des consommateurs et consommatrices. Nous voulons que chacun puisse librement décider de ce qu’il mange, en toute connaissance de cause et sans risque pour sa santé et celle de ses proches. Or, c’est aujourd’hui loin d’être le cas. Les lobbyistes de l’industrie agroalimentaire décident pour nous du contenu de nos assiettes et ne nous disent pas toute la vérité sur la composition de nos aliments. Quand ces aliments comportent des risques pour la santé ou lorsque l’on nous cache des informations importantes qui nous permettraient de juger un produit, quel recours avons-nous ? Pour faire avancer les choses, unissons-nous. C’est l’objectif de foodwatch : plus nous sommes nombreux, plus notre voix compte.  

2. foodwatch établit-elle un classement des meilleurs aliments ?

foodwatch n’effectue pas de contrôles généralisés des produits alimentaires. Notre petite équipe n’a pas la possibilité de contrôler en détail tous les aliments et leurs modes de fabrication. Impossible de vérifier l’énorme quantité de denrées disponibles sur le marché ; l’envisager ne serait pas bien sérieux ni utile, d’ailleurs. Nos revendications vont bien au-delà. Nous exigeons que l’industrie agroalimentaire soit tenue responsable de la sécurité et de la qualité de tout ce qu’elle produit et commercialise. Quand les consommateurs?rices disposeront de toutes les informations nécessaires pour choisir des produits sûrs et totalement transparents sur leur composition et leur mode de fabrication, nous aurons atteint un objectif majeur, bien plus important qu’un ixième label de « qualité ».  

3. D’où provient l’information que foodwatch donne aux consommateurs ?

foodwatch mène  des investigations et analyses indépendantes, interpelle les fabricants, distributeurs et les autorités et travaille en étroite collaboration avec des scientifiques et autres experts : spécialistes des technologies alimentaires, des chimistes, médecins, vétérinaires, juristes, nutritionnistes, journalistes, économistes, entre autres. 

Nous recueillons également les témoignages de consommateurs?rices et/ou lanceurs d’alerte, que nous vérifions et bien sûr protégeons dans le strict respect de notre déontologie. 

4. Quelles relations foodwatch entretient-t-elle avec les autres organisations non-gouvernementales?

foodwatch France est une organisation indépendante et n’appartient à aucune confédération. Cependant, foodwatch échange avec les autres ONG, mais aussi des scientifiques, experts, etc. qui travaillent sur les sujets liés à l’alimentation, pour s’assurer des synergies et complémentarités de activités des uns et des autres. Cela permet d’éviter des déperditions d’énergie et de démultiplier notre impact, dans l’intérêt général. Il arrive aussi que foodwatch s’associe avec d’autres associations sur des projets spécifiques, voire dans le cadre de collectifs. Par exemple, le Réseau Environnement Santé (RES) présidé par André Cicollela, toxicologue, sur la contamination des aliments par les huiles minérales et les perturbateurs endocriniens, Générations futures et la Ligue contre le cancer sur les pesticides (dont la campagne contre le glyphosate), l’Institut Veblen et la Fondation pour la Nature et pour l’Homme (FNH), ainsi que le collectif Stop Tafta/ Stop CETA sur les accords de commerce, etc. foodwatch étant présente dans trois pays européens, nous sommes dans un dialogue constant (et d’échange d’informations) avec des organisations européennes travaillant sur nos thématiques. 

foodwatch travaille également au sein du collectif « On ne se taira pas », pour défendre la liberté d’expression et dénoncer les ‘poursuites bâillons’ engagées par les acteurs économiques d’influence. 

5. Où foodwatch se situe-t-elle politiquement ? Est-elle liée à un parti ?

foodwatch est une association 1901, indépendante de tout parti ou influence politique. foodwatch agit uniquement dans l’intérêt général. Nous sommes ouverts au dialogue avec les responsables politiques afin de renforcer les droits des consommateurs et consommatrices dans le domaine de l’alimentation. Mais lorsque cela nous paraît nécessaire, nous n’hésitons pas à critiquer publiquement ces mêmes responsables politiques, pour faire avancer le débat. Rappelons que foodwatch n’accepte aucune aide financière provenant d’un quelconque parti politique.

6. foodwatch est présente dans plusieurs pays européens : pourquoi ?

foodwatch est une ONG à dimension européenne. Fondée en 2002 en Allemagne par Thilo Bode en réaction au scandale de la vache folle, foodwatch est également présente aux Pays-Bas depuis 2009 et active en France depuis 2013. 

En effet, le marché alimentaire est européen. La plupart des réglementations qui le gouvernent ne sont d’ailleurs pas décidées à l’échelle nationale mais à celle de l’Union européenne. Beaucoup d’entreprises du secteur sont des multinationales qui disposent de structures nationales et internationales. Afin de renforcer nos droits, foodwatch doit donc faire pression sur les acteurs de cette législation européenne. Plus nous serons nombreux à soutenir l'action de foodwatch au sein des États membres de l’Union européenne, plus grande sera l'influence des consommateurs et consommatrices sur les responsables industriels et les responsables politiques.

7. Quelle est la position de foodwatch sur le bio ?

foodwatch considère que l’agriculture biologique – et ses bénéfices, notamment en matière d’environnement - surpassent clairement les autres approches agricoles. Toutefois, foodwatch garde en la matière son œil vigilant et critique. C’est pour cela que nous dénonçons les points faibles des réglementations concernant les produits bios et que nous rendons publics tous les dévoiements, chez les producteurs bios comme chez ceux de l’agriculture conventionnelle. Dans bien des domaines le bio n’est malheureusement pas exemplaire. Par exemple, les produits destinés aux enfants portant le cachet « bio » sont très souvent aussi peu équilibrés que les autres. Enfin, les producteurs bios peuvent, eux aussi, avoir recourt à des publicités qui nous bercent d’illusions et aux étiquetages ambigus.

8. Quelle est la position de foodwatch sur les agro-carburants ?

foodwatch considère la production d’agro-carburants comme une erreur écologique, économique et sociale. D’abord parce que l’écobilan des plantes utilisées à cette fin, c’est-à-dire leur impact environnemental, est mauvais. Ensuite, parce que les conséquences sociales de cette pratique sont inacceptables. Les champs sur lesquels sont cultivées les plantes énergétiques sont autant de terres en moins pour faire pousser des denrées alimentaires. Dans les pays en développement, cela fait naître une concurrence entre les besoins pour la production de ces agro-carburants destinés aux pays riches et les besoins de productions alimentaires, cette fois à destination des populations locales. Une concurrence d’autant plus forte que cette production d’agro-carburants mobilise d'importantes surfaces cultivables. Cela entraîne une hausse des prix des terres et en, conséquence, le coût des aliments augmente lui aussi. 

9. En quoi foodwatch est-elle une organisation différente des autres organisations de consommateurs ?

foodwatch est une organisation à but non lucratif dont les campagnes visent à dénoncer toute réglementation ou pratique du secteur alimentaire qui va à l'encontre des intérêts du consommateur. foodwatch entend devenir l’organisation de référence en matière de défense des consommateurs face aux pouvoirs politique et économique. Dans ce but, nous cultivons notre totale indépendance. Nous déclinons systématiquement les aides provenant de l’Etat, de partis politiques ou de l’industrie alimentaire. Par contre, nous invitons chaque consommateur à nous soutenir par leurs dons.

10. foodwatch m’invite à signer des pétitions : est-ce vraiment utile ?

Signer une pétition lancée par foodwatch revient à interpeller directement par email les destinataires de la pétition. Cela signifie que les signataires de pétition sont des acteurs majeurs du changement visé par nos actions et participent à la co-création d’un contre-pouvoir citoyen face à l’industrie agroalimentaire et à l’Etat. Nos pétitions sont donc un mode d’expression de la voix et des intérêts des consommateurs?rices, mais surtout un outil permettant de faire réagir nos cibles. Et ça fonctionne : plusieurs de nos pétitions ont directement porté leurs fruits, et toutes contribuent à faire changer le système actuel vers plus de transparence et une alimentation saine. 

11. Pouvez-vous me donner des exemples concrets de l’action de foodwatch ?

Nous menons recherches et enquêtes, faisons analyser des aliments, démêlons et publions les informations et dénonçons les problèmes liés à notre alimentation . En créant du débat public sur ces sujets souvent opaques, en confrontant entreprises et responsables politiques concernés, de façon non-violente mais exigeante, nous les faisons agir, pour créer du changement pour plus transparence et l’accès pour tous à une alimentation saine. 

La mobilisation de nombreux citoyen.nes et la médiatisation de nos actions poussent les décideurs que nous ciblons à réagir. Ainsi, plusieurs pétitions ont mené à un changement d’étiquetage afin qu’il soit plus honnête voire à un retrait du produit du marché. D’autres actions, comme la publication de tests sur plusieurs dizaines de produits révélant la contamination à grande échelle de nos aliments par les huiles minérales, dérivés d’hydrocarbures, ou le dépôt d’une plainte dans l’affaire Lactalis, ont débouché sur des rendez-vous politiques qui nous ont permis de défendre les droits des consommateurs?rices face à la toute-puissance des lobbies ou face à des décisions politiques injustes ou molles, à nos yeux. 

Ce sont vraiment les gens, vous, consommateurs et consommatrices qui alimentent le débat avec foodwatch. Nous sommes ainsi plus forts pour porter votre voix. 

12. Comment foodwatch fonctionne-t-elle financièrement ?

L’indépendance est l’un des piliers de l’activité de foodwatch, y compris lorsqu’il s’agit de notre financement. Pour garantir cette indépendance, foodwatch refuse toute subvention publique, ou d’entreprises qui pourraient présenter le moindre conflit d’intérêt.

La création et le développement de foodwatch France ont d’abord été possibles grâce au soutien du de foodwatch Allemagne, qui a fait le choix d’encourager les activités de l’ONG dans d’autres pays européens.  Peu à peu nous développons la collecte de dons en France afin qu’à terme, nous gagnions notre autonomie financière grâce au soutien régulier de nos donateurs?rices. 

Cette autonomie financière nous permet de continuer à développer nos enquêtes et activités au service de la défense des consommateurs et consommatrices en toute indépendance.

C’est grâce à vous et uniquement grâce à vous, que nous pouvons mener les combats nécessaires pour protéger vos droits et ce qu’il y a dans vos assiettes !

 
La newsletter foodwatch

Information, mobilisation, revendications : suivre toute l'actu