Knorr abuse avec sa soupe « poule vermicelles » sans poule

13/12/2018

Le groupe Unilever, qui détient la marque Knorr, n’en est pas à sa première ‘Arnaque sur l’étiquette’ dénoncée par foodwatch. Mais avec cette soupe « Poule Vermicelles » de la gamme « Les Economiques », Knorr est allée encore plus loin : le produit ne contient pas un seul morceau de poule. La poule n’est présente que sous forme de dérivés type graisse et bouillon de poule – pour une quantité minime. Recourir à la dénomination « Poule Vermicelles » pour vendre une soupe sans poule est inacceptable pour foodwatch, qui lance aujourd’hui une action en ligne d’interpellation du vice-président exécutif d’Unilever France.   

Economie de poule pour certain∙e∙s

Sur la soupe « Poule vermicelles » en gamme « Les économiques », le géant Unilever recourt à une dénomination qui ne reflète pas la composition du produit puisque la poule n’est présente que sous forme de graisse et de bouillon – pour une quantité d’ailleurs infime (maximum à 1,2%). Dans le rayon soupes, Knorr propose une autre soupe « Poule Vermicelles » cette fois dans la gamme « Saveurs d’Antan ». La dénomination est la même mais le produit étiqueté « Saveurs d’Antan » contient bien, lui, de la viande de poule. 

Les consommateurs∙rices de la gamme « Les Economiques » n’ont-ils pas aussi droit à une dénomination qui reflète la composition réelle du produit ? 

La différence de prix entre les deux gammes « Les Economiques » et « Saveurs d’Antan » (environ 1 euro au litre) ne peut justifier cette pratique abusive de la part d’Unilever, numéro deux sur le marché des soupes. Faire une promesse sans la tenir pour vendre un produit en promotion et à prix moins cher est d’autant plus inacceptable que 8% des ménages n’ont pas les moyens financiers de manger de la viande ou une autre source de protéine tous les deux jours (Insee, 2016). Rappelons aussi qu’une personne sur cinq éprouve des difficultés financières à se nourrir sainement. foodwatch tire donc la sonnette d’arnaque sur l’étiquette !  

Des abus permis par un « Code de la soupe » rédigé par les industriels

Le Code de bonnes pratiques pour les soupes, bouillons et consommés , élaboré par le Syndicat National des Fabricants de Bouillons et de Potages (SNFBP, dont est membre UNILEVER France) constitue une référence pour encadrer ce type de pratiques. Le problème, c’est que ce Code est élaboré par les industriels eux-mêmes, qui ne s’interdisent pas d’induire en erreur les consommateurs∙rices. De plus, l’accès au contenu de ce Code est restreint  – les auteurs refusent pour l’instant de nous le communiquer – et les règles s’élaborent en toute opacité. La composition des produits que nous achetons et son étiquetage nous concernent pourtant. 

La célèbre signature « Knorr, j’adore » de la marque ne devrait pas plutôt être remplacée par « Knorr, je t’endors » ? Faites savoir à Knorr que ces pratiques doivent cesser, signez et partagez la pétition ! 

Dernière modification le 13/12/2018
 
La newsletter foodwatch
abonnés:

Vous aussi, inscrivez-vous !