Victoire : Knorr ne vendra plus de soupe Poule Vermicelles sans poule

19/12/2018

Quatre jours à peine après le lancement d’une pétition foodwatch ciblant le géant Unilever, le fabricant vient d’annoncer qu’il supprimera sa soupe Knorr « Les Economiques Poule Vermicelles » en 2019. Le produit ne répondrait plus aux attentes des consommateurs, selon l’industriel. C’est en effet le cas de le dire : en quelques jours, plus de 4 500 personnes ont interpellé Unilever en ligne pour lui demander d’arrêter de les induire en erreur. La mobilisation semble avoir payé. Puisque la soupe - qui promettait de la poule mais n’en contenait pas - disparaîtra définitivement des rayons à l’automne 2019. L’annonce d’Unilever est saluée par foodwatch, qui souhaite que les quatre autres fabricants de soupe épinglés  changent également. 

La soupe « Les économiques » de Knorr dénoncée par les quelques milliers de signataires de la pétition lancée par foodwatch affiche la dénomination « Poule Vermicelles ». Le problème, c’est qu’elle ne contient pas un seul morceau de poule. On n’y trouve que des dérivés type graisse et bouillon de poule – pour une quantité minime (maximum 1,2%). Le comble, c’est que Knorr met des morceaux de viande dans une soupe à la dénomination identique, mais dont la gamme est différente (« Saveurs d’Antan »). 

« L’annonce d’Unilever montre que la mobilisation des consommateurs∙rices peut faire changer les pratiques des industriels. Néanmoins, les autorités doivent aussi prendre leurs responsabilités pour sanctionner les magouilles marketing qui encombrent les rayons des supermarchés et continuent d’induire les gens en erreur. », dénonce Mégane Ghorbani, responsable de campagnes chez foodwatch.

Ainsi, Léa Nature vend un velouté lentilles corail au lait de coco qui affiche un joli drapeau français et des petits cœurs avec la mention « fabriqué en France ». Mais les lentilles corail de ce velouté – ingrédient bien mis en avant dans le nom du produit – proviennent en réalité… de Turquie. La marque n’a pas l’air de voir le problème, comme elle le montre son tweet :

Découvrez comment l’étiquetage d’autres soupes induit en erreur :

  • Signez la pétition ! Soupe Poule Vermicelles, Les Economiques, de Knorr (Unilever) Cette soupe « Poule Vermicelles » ne contient pas de morceaux de la poule promise. On n’y trouve que des dérivés type graisse et bouillon de poule – pour une quantité minime (max 1,2%). Le comble, c’est que la gamme « Saveurs d’Antan » pour laquelle la dénomination est identique, contient, elle, des morceaux de viande ! Unilever a indiqué que le produit serait supprimé à l’automne 2019.

  • Signez la pétition ! Mouliné de légumes verts & quinoa de La Potagère Ce produit n’est pas aussi vert qu’il ne le prétend. La preuve : il contient en réalité bien plus d’autres légumes (24,4%) que de légumes verts (17,4%). Mais rien n’empêche aujourd’hui les fabricants de mettre en avant les ingrédients qu’ils trouvent plus vendeurs, quitte à ce que le nom du produit reflète de façon biaisée la réelle composition.

  • Signez la pétition ! Velouté lentilles corail au lait de coco » de Jardin Bio (Léa Nature) Ce produit affiche un joli drapeau français et des petits cœurs avec la mention « fabriqué en France ». Mais les lentilles corail de ce velouté – ingrédient bien mis en avant dans le nom du produit – proviennent en réalité… de Turquie. Le reste des légumes vient des quatre coins de l’Europe : Hollande, Belgique, France et Pologne.

  • Signez la pétition ! Bisque de homard de Liebig (Continental Foods) La boîte de conserve dorée présente un homard sur l’avant de l’emballage. Liebig, leader sur le marché des soupes s’arrange là aussi avec la réalité : ce produit contient autant de homard (12%) que d’autres crustacés, dont des têtes de langoustines qui ne sont pas représentées sur l’emballage.

  • Signez la pétition ! Nouilles japonaises saveur légumes et sauce soja de Tanoshi (Bjorg Bonneterre et Compagnie) Ce produit affiche la mention « Sans glutamate ajouté » mais contient en plus de l’extrait de levure – un ingrédient souvent utilisé comme exhausteur de goût – pas moins de neufs additifs différents dont quatre sont controversés pour leurs effets sur la santé : butylhydroxy-toluène ou BHT (E321), butylhydroxy-anisol ou BHA (E320), carboxyméthyl-cellulose sodique (E466), triphosphates pentasodique (E451i).

Dernière modification le 19/12/2018
 
La newsletter foodwatch
abonnés:

Vous aussi, inscrivez-vous !