Comment les huiles minérales contaminent riz, pâtes, etc.

©Dusan Kostic - fotolia.com/Iris Kaschl

Le problème

Des huiles minérales - qui n’ont rien à faire dans nos aliments - contaminent le riz, les pâtes, les lentilles, le couscous, les corn flakes ou encore le cacao en poudre…Quantité de produits alimentaires contiennent en effet des dérivés de pétrole. Les plus dangereux d’entre eux, les hydrocarbures d’huiles minérales aromatiques (MOAH) sont soupçonnés d’être cancérogènes, perturbateurs endocriniens et mutagènes (c’est-à-dire d’altérer le patrimoine génétique). Tandis que les hydrocarbures saturés - appelés MOSH - s’accumulent dans les organes. En moyenne, notre organisme contient environ 1 gramme d’hydrocarbures. Il s’agit, d’un point de vue quantitatif, du plus grand contaminant présent dans le corps humain. Les encres d’impression présentes dans les cartons d’emballages recyclés sont l’une des sources majeures d’huiles minérales. Mais ceux-ci renferment aussi d’autres substances potentiellement dangereuses pour la santé, qui peuvent également se transmettre aux aliments (comme les solvants ou plastifiants). 

La situation actuelle 

Bien que le problème de la migration des huiles minérales depuis les emballages recyclés vers les aliments soit connu depuis les années 1990, il n’existe aucune régulation adéquate au niveau européen. Quant aux responsables politiques français, ils n’ont pas non plus mis en place de législation destinée à protéger les consommateurs. Certes, quelques parlementaires ont fait part de leur inquiétude il y a quelques années de cela puis… plus rien. Aucune proposition de réglementation n’a vu le jour. Nous consommons toujours de nombreux produits contaminés par des hydrocarbures potentiellement dangereux pour la santé.

Les revendications de foodwatch

Le problème est certes connu depuis des années… mais les solutions aussi ! La migration d’huiles minérales et d’autres substances nocives dans les aliments est évitable, grâce à l’utilisation de ce qu’on appelle des « barrières fonctionnelles ». C’est-à-dire des protections qui bloquent efficacement la migration : il peut s’agir d’un sachet intérieur ou d’une couche intégrée directement au carton. Par ailleurs, les consommateurs doivent être protégés de la contamination de leurs aliments qui peut intervenir à d’autres étapes de la production ; par exemple via les lubrifiants utilisés sur les machines de fabrication, ou lors du stockage, du transport.

Concrètement, il faut:

  • Imposer une „barrière fonctionnelle“ pour tous les emballages alimentaires conçus à base de papier, afin d’empêcher la migration d’huiles minérales et d’autres substances potentiellement nocives vers les aliments.
  • Limiter strictement la quantité d’huiles minérales dans les aliments. Quant aux hydrocarbures aromatiques, les plus dangereuses de ces huiles minérales, ils doivent être purement et simplement bannis.
Dernière modification le 23/11/2016
 
La newsletter foodwatch

Information, mobilisation, revendications : suivre toute l'actu