Le glyphosate « pas cancérogène » : le sénateur Médevielle crée du doute, puis se fait rappeler à l’ordre

13/05/2019

Le sénateur Pierre Médevielle a annoncé la sortie jeudi prochain d’un rapport sur le glyphosate. Dans une interview accordée à La Dépêche, il affirme que ce dernier n’est pas cancérogène. Les travaux de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) auraient été, dit-il, approuvés par l’Anses. Un rétropédalage inquiétant, digne des lobbies.

Ce rapport « explosif » selon les médias a été réalisé par l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST), un organe composé de députés et sénateurs dont on avait peu entendu parler jusqu’alors. Ce document n’est pas encore encore public mais, déjà, l’un de ses co-auteurs, le sénateur Pierre Médevielle, tente de semer le doute. Dans les colonnes de La Dépêche, M. Médevielle réclame les preuves de la nocivité du glyphosate. Il se cache ainsi derrière les mêmes arguments maintes fois ressassés par les lobbies ces dernières années pour empêcher l’interdiction du glyphosate.

Semer le doute pour gagner du temps, ça suffit !

Une ineptie car en Europe, le principe de précaution doit au contraire être appliqué pour interdire une substance dès lors qu’elle comporte un risque pour la santé. La charge de la preuve repose donc sur le fabricant. Or le CIRC, Centre international de recherche sur le cancer, une agence de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) a qualifié en mars 2015 le glyphosate de « probablement cancérogène pour l’homme ».

Ensuite, M. Médevielle affirme, pour tenter de convaincre, que les travaux de l’OPECST auraient été notamment « approuvés par l’Anses ». Mais, d’après nos informations, l’Anses n’a à ce jour pas eu accès à ce rapport de l’OPECST sur le glyphosate et ne l’a donc pas validé.

foodwatch invitée sur France 5 dans l’émission « C à dire » pour commenter ce rétropédalage



Ces prises de position dignes de celles des lobbies de l’agrochimie ont fait bondir le vice-président de l’OPECST, Cédric Villani, lui aussi co-auteur du rapport à paraître jeudi : « Le sénateur Médevielle s'est exprimé prématurément, la présentation du rapport aura lieu jeudi. Il mélange des conclusions du rapport et des conclusions personnelles, il n'engage pas l’OPECST. Certaines réponses ne reflètent le rapport ni sur la forme ni sur le fond. »

La France doit respecter son engagement de sortir du glyphosate en 3 ans

signatures. Vous aussi, signez !

Emmanuel Macron s'était engagé à interdire le glyphosate d'ici 3 ans. Cette promesse n'a toujours pas été concrétisée. Signez la pétition pour que la France tienne son engagement. En savoir plus

Dernière modification le 13/05/2019
 
La newsletter foodwatch

Information, mobilisation, revendications : suivre toute l'actu