Quel danger présentent les huiles minérales dans nos aliments ?

Quel danger présentent les huiles minérales dans nos aliments ?

Les hydrocarbures présents dans les aliments peuvent être classés en deux catégories : les hydrocarbures d’huiles minérales aromatiques (MOAH) et les hydrocarbures d’huiles minérales saturés (MOSH). Les plus dangereux, les MOAH, sont soupçonnés d’être cancérogènes, mais aussi d’altérer le patrimoine génétique et de perturber le système hormonal.  

Etant donné qu’aucun niveau de consommation de ces MOAH ne peut être considéré comme « sûr », l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a établi que toute exposition aux MOAH à travers l’alimentation présente un risque potentiel pour la santé. Il faudrait donc les bannir.

Un gramme d’hydrocarbures en moyenne dans le corps humain

Les MOSH, hydrocarbures saturés qui sont beaucoup plus courants, et à des concentrations beaucoup plus élevées dans nos aliments, peuvent s’accumuler dans notre corps. Ils peuvent aussi endommager plusieurs organes. Dans une étude internationale publiée en 2014, un quart des sujets testés avait emmagasiné plus de 5 grammes de MOSH dans leurs organes. La quantité maximum retrouvée atteignait 13.5 grammes, soit environ 20 millilitres d’huile minérale ! Les experts estiment que notre corps contient en moyenne un gramme d’huiles minérales. Il s’agit, d’un point de vue quantitatif, du plus grand contaminant présent dans le corps humain.

Une réévaluation toxicologique nécessaire

En 2012, le JECFA, Comité d’expert conjoint de l’Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (la FAO) et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a reconnu le manque de données fiables sur les huiles minérales en retirant sa recommandation de 1998 : un plafond d’absorption acceptable de 0.01 mg/kg de poids corporel. Une réévaluation toxicologique est donc nécessaire.

D’autres substances toxiques dans les emballages recyclés : quel risque ?

Les emballages en papier recyclé peuvent contenir, outre les huiles minérales, plus de 250 autres substances dangereuses pour la santé (par exemple des plastifiants/phtalates qui perturbent le système hormonal, ou encore des solvants) Il n’y a pas d’études toxicologiques concluantes sur les autres substances qui peuvent migrer des emballages vers les aliments (et il y en a beaucoup !). Par conséquent, il est impossible d’évaluer les risques sanitaires associés à l’exposition à ces produits chimiques.

Liens