Pétition

Pesticides : stop au boomerang empoisonné ! Ni production, ni exportation de substances interdites

iStock/chas53
Pétition

Pesticides : stop au boomerang empoisonné ! Ni production, ni exportation de substances interdites

iStock/chas53

En pleine crise du Covid-19, les géants des pesticides en Europe - Bayer-Monsanto, BASF et Syngenta - font tout ce qui est en leur pouvoir pour continuer à fabriquer et vendre des pesticides nocifs, même ceux interdits en Europe. Pourtant bannis dans l’Union européenne car dangereux pour la santé et l'environnement, ces pesticides finissent par revenir par effet boomerang dans nos assiettes.

  • Par l'exportation : les géants des pesticides exportent des substances interdites en Europe en raison de leur toxicité vers des pays dont la réglementation est moins stricte. Si l'UE a banni leur utilisation sur son territoire, elle n’en a pas interdit la production ni l'exportation. Les industriels des pesticides en profitent pour continuer leur business et exporter ces substances toxiques à travers la planète sans aucun scrupule. Cela constitue une grave violation des droits de l'homme, pointée du doigt par les Nations unies*. Sans parler des impacts à long terme de l’utilisation de ces produits sur la biodiversité et l’environnement ! 
  • Par l’importation : les résidus de ces dangereux pesticides reviennent comme un boomerang dans nos assiettes, via l'importation de produits alimentaires (fruits, légumes, riz, etc.) en provenance de pays situés hors de l'Europe. 

* Source : Rapport Assemblée générale des Nations unies, Conseil des droits de l’homme, page 19 : Pour les Nations unies, “exposer la population d’autres pays à des toxines dont il est avéré qu’elles provoquent de graves problèmes de santé et peuvent même entraîner la mort, constitue de toute évidence une violation des droits de l’homme”

Afin de stopper l'exportation et le retour de pesticides nocifs non autorisés dans l'UE, il faut attaquer le problème à la racine : leur production doit être interdite. La France a adopté dans la Loi Agriculture et Alimentation (EGalim, votée en 2018) l’interdiction à partir du 1er janvier 2022 de la production, du stockage et de l’exportation de pesticides dont l’utilisation est bannie dans l'UE. En revanche, les autres Etats membres ne l’interdisent pas et les tentatives de la Commission européenne pour faire appliquer des règles plus strictes aux produits importés ont échoué jusqu'à présent à cause de la pression écrasante des lobbies de Bayer-Monsanto & Co. 

Les industries agrochimiques et leurs lobbies sont bien les premières responsables ! Tant qu’elles continueront à produire et à exporter des pesticides interdits, agriculteurs et citoyens hors de l’Europe seront touchés et ces substances nocives se retrouveront dans nos assiettes par effet boomerang.

Stop au boomerang empoisonné ! Interpellez directement Bayer-Monsanto, Syngenta et BASF pour qu’ils arrêtent de produire et d’exporter dans le monde des pesticides pourtant interdits dans l'UE : signez la pétition !

foodwatch a lancé cette pétition le 17 avril 2020

Mise à jour du 20 avril 2020

Dans une version antérieure de cette page, nous avons mentionné que 200 000 décès par intoxication aiguë dus à des pesticides étaient estimés par an. Ce chiffre, bien qu’utilisé entre autres dans un document officiel des Nations unies de 2017, est contesté car il se base à l’origine sur une étude qui date des années 80 et il n’existe pas de chiffres récents sur ce sujet. Bayer, BASF et d’autres détracteurs cherchent à alimenter les controverses sur ce chiffre pour faire diversion. Nous voulons écarter tout prétexte que ces entreprises pourraient utiliser pour détourner l'attention du vrai problème : leurs responsabilités dans les dégâts considérables pour la santé et l'environnement causés par l’usage de leurs pesticides, qui sont pourtant interdits dans l'UE en raison de leur dangerosité. C'est pourquoi foodwatch a décidé de clarifier et de supprimer ici le chiffre de 200 000 décès par intoxication aiguë dus à des pesticides estimés par an. Les données actuelles sont insuffisantes et les chiffres varient. Mais le fait que les pesticides dangereux causent des dommages importants est incontestable. Aussi il est inacceptable que les entreprises ciblées restent silencieuses sur leurs responsabilités. Il est grand temps qu’elles assument, en arrêtant la production et l'exportation de pesticides dangereux - interdits dans l'UE - vers d’autres continents. 

Cette pétition sera envoyée à :

  • Bayer 
    - M. Werner Baumann, Président-directeur général de Bayer-Monsanto
    - M. Liam Condon, Membre du conseil d'administration de Bayer-Monsanto

  • BASF
    - M. Martin Brudermüller, Président-directeur général de BASF
    - M. Saori Dubourg, Membre du conseil d'administration de BASF

  • Syngenta
    - M. J. Erik Fyrwald, Président-directeur général de Syngenta
    - M. Jonathan Parr, Membre du conseil d'administration de Syngenta

Copie à :

  • Mme Stella Kyriakides, Commissaire européenne à la santé et à la sécurité alimentaire

A l’attention des dirigeants de Bayer AG, BASF et Syngenta 

Copie : Madame la Commissaire européenne à la santé et à la sécurité alimentaire

Madame, Messieurs, 

Vous produisez et exportez des pesticides qui ne sont pas approuvés dans l'Union européenne vers des pays dont la réglementation est moins stricte. En fait, vous encouragez les agriculteurs de nombreux pays à utiliser vos produits. Vous portez une lourde responsabilité dans les dommages considérables causés par les pesticides nocifs qui tuent d'innombrables personnes chaque année, véritable violation des droits de l'homme pointée du doigt par les Nations unies. 

Des résidus de ces pesticides qui sont un danger pour de nombreux agriculteurs et consommateurs, mais aussi pour l’environnement, se retrouvent également par effet boomerang dans nos assiettes via les importations de produits alimentaires dans l'Union européenne. 

La production et l‘exportation de pesticides dangereux non autorisés ou même totalement interdits dans l’Union européenne doivent être complètement stoppées. J’exige que vous arrêtiez donc de produire, de vendre et d’exporter des pesticides cancérogènes, mutagènes, perturbateurs endocriniens, neurotoxiques et qui réduisent la fertilité, à commencer par ceux qui sont interdits dans l'Union européenne. Je vous demande aussi instamment d’arrêter de chercher à bloquer le renforcement de la règlementation européenne contre ces pesticides dangereux. 

J’adresse également une copie de ma protestation contre vos pratiques inhumaines à la Commission européenne, qui interdit l'utilisation de vos produits toxiques au sein de l'UE mais autorise la production et l'exportation vers des pays tiers, ainsi que le retour en boomerang de résidus de ces pesticides en Europe, via les importations de produits alimentaires. 

Prénom Nom (sera ajouté automatiquement)

62028

signatures

Les champs marqués d’un * sont obligatoires.

Protection des données. Responsable : FOODWATCH France, Association loi 1901. Finalités: En signant cette pétition, votre prénom et l’initiale de votre nom de famille seront communiqués aux cibles de cette pétition. Vos données personnelles seront conservées par FOODWATCH France à des fins de statistiques et, si vous le souhaitez, à des fins d’administration des abonnés, de propositions de participations à d’autres actions et de soutien. Vous bénéficiez de nombreux droits relatifs à vos données personnelles : droit d'accès, de rectification, d'opposition, de suppression, à l’oubli, limitation du traitement, portabilité de vos données, droit de définir des directives sur vos données après votre décès, etc. Vous pouvez exercer ces droits en nous écrivant à l’adresse email info@foodwatch.fr ou à foodwatch, 53 rue Meslay 75003 Paris. Pour plus d'informationsconsultez la page protection de vos données.