Kinder et Buitoni contaminés : signez pour soutenir les plaintes de foodwatch et de victimes

Votre signature à cette lettre de soutien sera ajoutée aux dossiers de plaintes contre Nestlé et Ferrero dans l’affaire des produits Kinder et Buitoni contaminés.

Kinder et Buitoni contaminés : signez pour soutenir les plaintes de foodwatch et de victimes

Votre signature à cette lettre de soutien sera ajoutée aux dossiers de plaintes contre Nestlé et Ferrero dans l’affaire des produits Kinder et Buitoni contaminés.

Un garçon de 3 ans, hospitalisé après avoir mangé des Kinder à l’anniversaire de son frère. Une petite de 2 ans alitée 11 jours après les Kinder surprise « offerts par sa mamie ». Une enfant de 8 ans vomissant si violemment que l’hôpital peine à lui administrer des antibiotiques.
Ces victimes ont un point commun : elles ont mangé des chocolats Kinder venus de l’usine belge de Ferrero contaminée à la salmonellose.

Une fillette de 12 ans dans un état végétatif, qui ne réagit plus aux stimuli de ses proches. Un nouveau-né mort huit heures après sa naissance, sans doute contaminé par voie intra-utérine. Un garçon de 8 ans décédé à Paris après un grave syndrome hémolytique et urémique (SHU).
Ces drames, eux, sont survenus peu de temps après la consommation de pizzas Fraîch’Up de Buitoni, produites dans la même usine Nestlé contaminée à la bactérie E.Coli. 

Dans les deux cas, ce sont les autorités sanitaires qui ont dû tirer la sonnette d’alarme face à un pic épidémique inquiétant. L’alerte aurait pourtant dû partir des fabricants. foodwatch lance, avec des familles de victimes, des recours juridiques au pénal contre Nestlé et contre Ferrero. 

Nous les attaquons en justice pour : 

  • tromperie aggravée;
  • mise en danger d’autrui;
  • mise sur le marché de produits préjudiciables à la santé au sens du règlement (CE) 178/2002 et abstention de mise en œuvre des procédures de retrait ou de rappel desdits produits;
  • infraction aux dispositions du code de la consommation et notamment aux règles d’hygiène;
  • atteintes involontaires à l’intégrité de la personne;
  •  exposition ou vente de produit alimentaire servant à l’alimentation falsifié ou corrompu et nuisible;
  • exportation vers un pays tiers à l’Union Européenne d’une denrée alimentaire préjudiciable à la santé.

Ensemble, demandons au système judiciaire la totale transparence, des sanctions exemplaires de Nestlé et Ferrero et des compensations dignes en faveur des victimes.

Non, Nestlé et Ferrero ne sont pas au-dessus des lois : vous aussi, soutenez ce recours. Cette lettre de soutien que vous signez viendra compléter les deux plaintes déposées par foodwatch. L’impunité, ça suffit. 

Madame la procureure de la République,

Nous consommateurs, consommatrices, citoyennes, citoyens apportons par notre signature à ce courrier notre soutien aux plaintes déposées par des victimes et foodwatch à l’encontre de Nestlé (Buitoni) et Ferrero (Kinder) liées aux scandales alimentaires du début de l’année 2022. 

Pour Nestlé, il s’agit de la contamination par E.coli des pizzas de marque Buitoni Fraîch’Up dans l’usine de Caudry en France, occasionnant selon Santé publique France au moins 56 malades et deux décès au 4 mai 2022. Ces produits ont été commercialisés dans 23 pays.

Pour Ferrero, il s’agit de la contamination par des salmonelles de produits de marque Kinder dans l’usine belge d’Arlon, occasionnant au moins 81 malades en France au 4 mai 2022 selon le bilan de Santé publique France. Et 324 victimes en Europe au 18 mai. Plus de 120 pays sont concernés par l’alerte. 

Dans les deux cas, de nombreuses infractions ont été commises :

  • Mise sur le marché de produits préjudiciables à la santé au sens du règlement (CE) 178/2002 et abstention de mise en œuvre des procédures de retrait ou de rappel desdits produits ;
  • Infraction aux dispositions du code de la consommation et notamment aux règles d’hygiène ;
  • Tromperie aggravée ;
  • Mise en danger d’autrui ;
  • Atteintes involontaires à l’intégrité de la personne ;
  • Exposition ou la vente de produit alimentaire servant à l’alimentation falsifié ou corrompu et nuisible
  • Exportation vers un pays tiers à l’Union Européenne d’une denrée alimentaire préjudiciable à la santé

Pour nous citoyen·nes, le manque de réactivité des industriels, les ratés, le manque d’empathie, le cynisme et la mauvaise gestion des victimes une fois les scandales exposés sont des facteurs aggravants. 

Madame la procureure de la République, nous espérons que nos voix, faisant écho à celle de foodwatch et des victimes, permettront de vous faire parvenir ce message : l’impunité, ça suffit. Nous sommes toutes et tous des potentielles victimes et nous voulons la transparence totale sur cette affaire. Nous espérons des sanctions exemplaires et des compensations dignes en faveur des victimes. 

Respectueusement vôtre, 
 

15449

ont déjà participé

Les champs marqués d’un * sont obligatoires.

Protection des données : votre prénom, et votre nom seront communiqués aux cibles de cette action. Vous recevrez un e-mail pour confirmer votre participation. Vos données personnelles seront conservées par foodwatch France à des fins de statistiques et, si vous le souhaitez, pour vous tenir informé.e de nos campagnes et vous proposer de participer à d’autres actions. Vous pouvez à tout moment exercer vos droits de rectification, suppression etc. de vos données, par e-mail à info(at)foodwatch(dot)fr ou courrier. Plus d'informations , consultez la page sur la protection des données.