Actualités 15.01.2020

Calendrier du Vent : quatre industriels bougent !

  • Arnaques sur l'étiquette

Notre Calendrier du Vent 2019 avait épinglé 24 produits pas très honnêtes. Et cela a porté ses fruits : quatre industriels ont changé l’étiquette. Fini de nous faire avaler n’importe quoi !

Il y avait de tout et pour tous les goûts dans ce calendrier. Des petits groupes français ou européens, des grandes multinationales, du salé, du sucrée, du bio, du conventionnel, des produits trouvés par nos soins, d’autres repérés directement par vous … et surtout 5 grandes catégories d’arnaques sur l’étiquette.

  1. Les petits pourcentages, avec la soupe Liebig suprême de volaille aux morilles  avec 0,9% de morilles (et autant voire plus de champignons de Paris) ;
  2. Le soi-disant "made in France" avec par exemple les coquilles Saint-Jacques à la Bretonne de Tipiak originaires d’un peu partout dans le monde ;
  3. Des produits avec un marketing "traditionnel" qui contiennent en fait des additifs controversés - comme la mousse de canard de la Maison Prunier avec des nitrites à l’intérieur ;
  4. Des étiquettes qui masquent la présence d’huile de palme comme dans les truffes fantaisie de Cémoi qui vantent les qualités environnementales du chocolat mais contiennent (1er ingrédient tout de même) de l’huile de palme. 
  5. Des arnaques au prix, comme avec la confiture de figues de Labeyrie qui coûte 30 fois plus cher qu’une confiture classique. 

Dès le lancement du calendrier, trois industriels ont réagi et rapidement proposé de changer leur étiquetage.

-    La famille Vacher a changé l’étiquette de son miel afin d’y faire apparaitre « Miel d’origine non-française ».
-    Guyader va modifier le visuel du saumon et inscrire « saumon d’élevage » pour éviter d’induire en erreur le consommateur.
-    La branche française de Cirio va traduire son packaging en français et surtout améliorer la lisibilité de l’origine des olives – qui n’étaient pas italiennes - à l’avant de leur bouteille d’huile extra vierge.

Et fin décembre, Montagne Noire, marque du groupe COOPERL, l’un des acteurs majeurs de la viande de porc en France, a réagi à notre interpellation sur son assiette de charcuterie. La marque a décidé de supprimer le médaillon « qualité garantie » qui était en contradiction avec la présence de nitrite – un additif controversé. Cependant, le groupe n’a pas voulu s’engager à supprimer les nitrites, ni à court ni à moyen terme. Ils nous ont dit « travailler sur des alternatives depuis plus d’un an » , et ne veulent pas communiquer avant d’avoir réalisé un éventuel changement.

Mais notre Calendrier du Vent ne s’est pas arrêté aux réactions des marques. Il est parvenu jusqu’aux bancs de l’Assemblée nationale. Un député, lors la discussion d’une loi, y a fait référence pour demander une règlementation plus stricte afin de ne plus induire en erreur le consommateur sur le made in France. La bataille de l’information des consommateurs continue donc en 2020 – tant au niveau politique qu’avec les industriels. Ces arnaques sur l’étiquette doivent cesser. La réglementation européenne qui dit clairement que les étiquettes ne doivent pas induire en erreur le consommateur doit être plus strictement appliquée.  

Liens

Vous avez aimé cet article ? On a encore plein de sujets sur le feu : aidez-nous à continuer !

foodwatch est une association 100% indépendante qui refuse tout financement public ou dons d’entreprises qui pourraient présenter le moindre conflit d’intérêt. Ce sont donc vos dons qui garantissent notre liberté de parole et d’action pour enquêter, lancer l’alerte et faire bouger les choses. Ensemble, notre voix compte. Merci !

Je fais un don