Pétition

Stop aux spéculateurs de la faim : alimentons les gens, pas les profits

Pétition

Stop aux spéculateurs de la faim : alimentons les gens, pas les profits

Mise à jour novembre 2022 : foodwatch et le CCFD-Terre solidaire ont adressé une lettre ouverte à Emmanuel Macron le 14 novembre pour lui demander un engagement de la France pour des règles plus strictes de la spéculation alimentaire.

Après le G7 en juin et le G20 en novembre, les promesses de se battre « contre tout comportement spéculatif qui met en danger la sécurité alimentaire ou l’accès à une alimentation équilibrée pour les pays ou les populations vulnérables » ne sont toujours pas tenues. 

Le problème est connu depuis la crise alimentaire de 2008 et se répète à chaque crise, comme avec la guerre en Ukraine : des fonds de placements, des banques et des traders jouent à spéculer sur les denrées alimentaires, comme le blé, pour faire plus de profits. C’est un facteur aggravant de la flambée des prix alimentaires et pourtant les solutions sont connues.

Selon Olivier De Schutter, rapporteur spécial de l’ONU sur l’extrême pauvreté « la véritable cause de la hausse de prix ne vient pas du fait qu’il n’y a pas assez de denrées alimentaires disponibles. […] Des bulles spéculatives, c’est l’explication essentielle de l’augmentation des prix des denrées alimentaires sur les marchés mondiaux ».   

Une des conclusions du G7 de juin était ‘Nous nous battrons contre tout comportement spéculatif qui met en danger la sécurité alimentaire ou l’accès à une alimentation équilibrée pour les pays ou les populations vulnérables ». Mais ils n’ont pris aucune mesure concrète. 

Pour que le G20 ne puisse plus reculer, signez la pétition pour des règles strictes contre la spéculation alimentaire délirante. L’alimentation est un droit. 

Cette pétition est envoyée chaque jour avec les nouvelles signatures par e-mail à : 

  • Emmanuel Macron, président de la République française
  • Mark Rutte, Premier ministre des Pays-Bas
  • Ursula Von Der Leyen, Présidente de la Commission européenne 
  • Olaf Scholz, Chancelier allemand 
  • Karl Nehammer, Chancelier Autrichien 
  • Charles Michel, Président du Conseil européen 

   
Monsieur, Madame,

Les prix des aliments de base sont à un niveau record et la spéculation débridée sur les marchés financiers les fait grimper encore davantage. Les mesures suivantes peuvent sauver des millions de personnes de la faim: 

1.    Il faut sévèrement limiter les contrats sur les matières premières et abaisser les limites de position pour ces contrats à terme afin de stopper la spéculation débridée. 
2.    Les investisseurs institutionnels et les fonds de placement doivent être exclus des marchés sur les denrées alimentaires.
3.    Il est nécessaire d’exiger plus de transparence sur les marchés : les investisseurs et les coopératives et entreprises qui commercialisent des matières premières alimentaires doivent rendre public l’état de leurs stocks pour éviter la panique sur les marchés.

Je vous demande d’agir pour éviter d’aggraver encore plus la faim dans le monde et mettre un terme à la spéculation effrénée sur la nourriture ! L’alimentation n’est pas une marchandise, mais un droit humain fondamental ! 
 

98318

ont déjà participé

Les champs marqués d’un * sont obligatoires.

Protection des données : votre prénom, et votre nom seront communiqués aux cibles de cette action. Vous recevrez un e-mail pour confirmer votre participation. Vos données personnelles seront conservées par foodwatch France à des fins de statistiques et, si vous le souhaitez, pour vous tenir informé.e de nos campagnes et vous proposer de participer à d’autres actions. Vous pouvez à tout moment exercer vos droits de rectification, suppression etc. de vos données, par e-mail à info(at)foodwatch(dot)fr ou courrier. Plus d'informations , consultez la page sur la protection des données.