Actualités 16.03.2021

Non, 450 fois non à l’accord UE-MERCOSUR

Le ton monte contre l’accord de libre-échange entre l’UE et les pays du MERCOSUR (Argentine, Brésil, Uruguay, Paraguay). Un projet qui est toujours sur la table, malgré les engagements d’E. Macron. ONG, syndicats, associations, collectifs citoyens, organisations indigènes : 450 organisations de la société civile des deux côtés de l’Atlantique, dont foodwatch, réitèrent donc leur opposition.

Les risques connus des accords de « nouvelle génération »

Rien de moins : 450 organisations allient leurs efforts dans une déclaration conjointe pour pointer du doigt les risques de cet accord, comme la déforestation, les violations des droits humains et les moyens de subsistance des agriculteurs, tant dans les pays du MERCOSUR qu’en Europe. 

Ajoutons ce que foodwatch dénonce depuis des années   : ces accords de commerce de nouvelle génération, que ce soit le CETA (accord UE-Canada) ou le MERCOSUR ne sont pas acceptables car ils font peser de lourdes menaces sur les droits sociaux, la santé, l’alimentation, l’agriculture et la protection de la planète.

Veuillez cliquer pour afficher le lecteur YouTube

EN VIDEO

Karine Jacquemart, directrice de foodwatch France, explique au Parlement européen pourquoi l’accord de libre-échange UE-Mercosur est dangereux, anti-démocratique et complètement incompatible avec la stratégie soit-disant plus « verte » de l’Europe.

Que faut-il de plus pour arrêter l’accord UE-MERCOSUR ? 

Si plusieurs Etats européens, comme l’Autriche et les parlements irlandais, hollandais et wallons se sont prononcés contre l'accord, d’autres sont prêts à tout pour le sauver. Quant à la France, sa position est pour le moins ambigüe. En juin 2020, devant les citoyens de la Convention citoyenne pour le Climat, E. Macron affirmait avoir « stoppé net » les négociations de cet accord de libre-échange tant décrié. Pourtant, plutôt que de demander l’abandon pur et simple de l’accord, la France semble chercher à rafistoler les négociations, en posant des préconditions essentielles mais insuffisantes sur la déforestation, les normes sanitaires et les filières agricoles. 

Venez gonfler les rangs de la mobilisation citoyenne !

Vous aussi, aidez-nous à stopper ces accords de commerce anti-démocratiques ! Signez et partagez la pétition :

Vous avez aimé cet article ? On a encore plein de sujets sur le feu : aidez-nous à continuer !

foodwatch est une association 100% indépendante qui refuse tout financement public ou dons d’entreprises qui pourraient présenter le moindre conflit d’intérêt. Ce sont donc vos dons qui garantissent notre liberté de parole et d’action pour enquêter, lancer l’alerte et faire bouger les choses. Ensemble, notre voix compte. Merci !

Je fais un don