Actualités 05.01.2017

Trois belles victoires de 2016, trois bonnes raisons de continuer en 2017 !

L’année 2016 aura apporté son lot de mauvaises nouvelles. En France et dans le monde, beaucoup ont douté de la possibilité de changer les choses pour le meilleur. Mais en ce début 2017, foodwatch choisit de prendre le contrepied du pessimisme ambiant, en vous proposant un flash-back sur trois moments qui nous ont montré que la mobilisation paie. Trois succès qui prouvent qu’il est possible de faire vaciller plus puissants que soi. Trois belles réussites qui nous confirment tout simplement l’importance de continuer à se battre.

6 grands noms s’engagent contre les dérivés d’hydrocarbures dans les aliments.

C’est une première victoire de taille pour la santé des consommateurs : E.Leclerc, Carrefour, Lidl, Intermarché, Système U et Casino se sont engagés à agir pour stopper la contamination des aliments par des dérivés d’hydrocarbures appelés huiles minérales. Ces substances peuvent provoquer le cancer, perturber le système endocrinien et même altérer notre patrimoine génétique. Et pourtant elles sont omniprésentes dans de nombreux aliments du quotidien (riz, céréales, pâtes…), comme l’avait révélé foodwatch fin 2015. Tout juste un an après, la pression des consommateurs – plus de 110.000 signataires pour la pétition – a poussé les grands de l’agroalimentaire à enfin agir.
Prochaine étape : les responsables politiques doivent obliger TOUS les fabricants à faire de même.

CETA, TAFTA : des centaines de milliers de personnes contre les traités de libre-échange

En 2016, le TAFTA et le CETA ont enfin fait les gros titres. foodwatch a pris toute sa part pour dénoncer les menaces de ces traités sur nos choix démocratiques en matière d’alimentation, de santé, de travail ou encore d’environnement. Or plus les gens sont informés, plus ils rejettent - que ce soit en ligne avec plusieurs pétitions ou dans la rue en manifestant. Alors que le TAFTA (accord UE-Etats-Unis) est aux oubliettes – pour le moment –, nous restons mobilisés pour barrer la route au CETA (UE-Canada). Il sera présenté au Parlement européen le 2 février. S’il est adopté, il sera ensuite soumis au processus de ratification nationale. Vous pouvez compter sur nous pour continuer le combat. Il est inacceptable de donner tous les pouvoirs aux multinationales, quitte à sacrifier les mesures qui protègent la santé des consommateurs, ou qui leur permettent de savoir ce qu’il y a dans leur assiette.
 

Veuillez cliquer pour afficher le lecteur YouTube

video instit campagne de fw sur CETAFTA

Arnaque sur l’étiquette : Nestlé, un géant contraint de changer suite à une pétition foodwatch

Chacun devrait pouvoir savoir ce qui se trouve dans son panier de courses et choisir ses aliments en connaissance de cause. Ce principe qui résonne comme une évidence est pourtant combattu par nombre de fabricants qui usent de toutes les ruses pour tromper les consommateurs. Les rayons des supermarchés regorgent de ces arnaques sur les étiquettes, qui permettent trop souvent de faire passer un produit pour ce qu’il n’est pas. foodwatch a épinglé Nestlé sur sa soupe Maggi bœuf-carottes… sans bœuf !  Près de 15.000 signatures plus tard, Nestlé, géant mondial de l’agroalimentaire, a fini par céder en changeant – discrètement – son étiquetage.

En 2017, foodwatch garde le cap : permettre à tous et toutes d’accéder à une alimentation saine et garantie 100% sans conflits d’intérêts !