Actualités 14.12.2018

Une poêlée « rustique », « sans colorant » et aux additifs : Bonduelle l’a fait !

foodwatch est intervenue sur le plateau de l’émission Enquête de Santé sur France 5 pour revenir sur les magouilles des industriels de l’agro-alimentaire qui font passer leurs produits pour plus sains qu’ils ne sont réellement. L’occasion pour nous de cibler en particulier Bonduelle, leader européen des légumes transformés, qui ne tient pas ses promesses avec sa « poêlée rustique » La Parisienne aux additifs. Malgré plus de 10 000 interpellations en ligne du Président du groupe Christophe Bonduelle, le produit n’a toujours pas changé son étiquetage qui induit en erreur, et comporte encore deux additifs controversés pour la santé. Les consommateurs∙rices ont pourtant droit à la transparence et à une alimentation saine. Bonduelle doit l’entendre !

Veuillez cliquer pour afficher le lecteur YouTube

Embed YouTube


Avec sa nappe à carreaux rouges, ses mentions ‘rustique’ et ‘sans colorant’, la poêlée La Parisienne de Bonduelle induit en erreur. Cette poêlée de légumes surgelés contient cinq additifs, dont deux controversés pour la santé : E250 (nitrite de sodium) et le E450 (diphosphates). Bonduelle fait passer sa poêlée de légumes pour « rustique », mais recourt à l’utilisation de substances dont l’innocuité fait débat. Et ceci se passe en toute légalité…  

Principe de précaution versus intérêts privés

Le principe de précaution, pourtant ancré dans la législation alimentaire, est souvent mis à mal dans les faits. Ainsi, des additifs aux effets pourtant controversés comme le E250 et le E450 restent autorisés et se retrouvent fréquemment dans nos aliments. Alors pourquoi le système actuel ne nous protège-t-il pas ?

L’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) est l’instance qui procède à la réévaluation des additifs alimentaires autorisés au niveau européen – plus de 320 dans le conventionnel et une cinquantaine dans le bio. Le problème, c’est que l’indépendance des expert∙e∙s de l’EFSA n’est pas toujours garantie. Au sein du panel scientifique en charge de réévaluer les additifs existants, l’ONG Corporate Europe Observatory note une situation de conflit d’intérêt financier avec l’industrie agro-alimentaire pour plus d’un∙e membre sur deux. 

Du côté des industriels, Bonduelle nous annonçait il y a un an vouloir retirer ces additifs controversés de sa poêlée, tout en prenant son temps – soit d’ici juin 2019. Attendre aussi longtemps pour protéger la santé des consommateurs∙rices est inacceptable.

Des mentions marketing non règlementées

Les autorités doivent définir des règles plus strictes et sanctionner les étiquetages qui induisent en erreur. Les mentions « rustique », « sans colorant » et la nappe vichy sur cette poêlée de légumes surgelés ne laissent en rien penser que ce produit pourrait en fait contenir 5 additifs – dont deux controversés. 

Bonduelle justifie la dénomination « rustique » par un test mené auprès de consommateurs qui associent les champignons et les pommes de terre à ce terme. Le fabricant ne voit pas le problème… Une réponse difficile à avaler pour foodwatch et les milliers de signataires de la pétition, qui se sentent induits en erreur et demandent à la marque de changer. 

Rappelons à Bonduelle que l’étiquetage et la recette du produit doivent changer au plus vite : signez et partagez la pétition !