Actualités 25.09.2019

Les 5 arnaques du bouillon Knorr à l’huile d’olive Puget

  • Arnaques sur l'étiquette

Knorr nous propose un « Bouillon aux herbes et à l’huile d’olive » Puget qui ne présente rien moins que cinq arnaques sur l’étiquette. Avec ses références visuelles à la cuisine méditerranéenne et à l’huile d’olive, ce produit semble aux premiers abords alléchant.

1. Un bouillon à l’huile d’olive Puget, vraiment ?

Le logo de la célèbre marque d’huile d’olive Puget est présent deux fois sur l’avant de l’emballage. Il inspire confiance chez de nombreux consommateurs·trices qui croient acheter un bouillon à l’huile d’olive. En réalité, il faut bien chercher la fameuse huile d’olive. Car elle n’est présente qu’à hauteur de 2% dans ce produit ! Une arnaque légale mais clairement pas légitime.

2. C’est surtout de l’huile de palme !

Si vous avez été attiré·e par l’huile d’olive mise en avant sur le paquet, vous allez être déçu·e·s. Ce produit contient surtout de l’huile de palme, deuxième ingrédient le plus présent dans ces cubes. 
Rappelons que les acides gras saturés de l’huile de palme ne sont pas bons pour la santé quand ils sont consommés en trop grande quantité : ils contribuent à augmenter le mauvais cholestérol et les risques cardio-vasculaires. L’huile de palme est composée à plus de 49 % de ces acides gras saturés, contre 14,3% pour l’huile d’olive.
En France, près de la moitié des adultes et un enfant sur trois dépassent la limite recommandée par l’Anses de consommation d’acides gras saturés. Mais il est difficile de rééquilibrer sa consommation quand les industriels s’attèlent à masquer la présence de cette huile de palme par un marketing flatteur. 
On sait que l’huile de palme est 6 fois moins chère que l’huile d’olive. Knorr essaierait-elle de nous vendre de l’huile de palme tout en mettant l’huile d’olive Puget en avant ?

3. L’habit ne fait pas le bouillon

Si l’on regarde de plus près l’emballage des cubes Knorr à l’huile d’olive Puget, la première chose que l’on voit c’est la bouteille d’huile d’olive, qui fait pourtant partie des ingrédients les moins présents dans le bouillon. 
Knorr cherche aussi à mettre en avant le côté méditerranéen de son produit avec des illustrations d’olives noires et de basilic alors qu’ils sont absents de la recette. Mais Knorr s’abstient de représenter les trois ingrédients les plus présents : le sel, l’huile de palme et les exhausteurs de goût. 
Une pratique contestable, pas très honnête

4. Sans conservateur mais… avec additif controversé

Knorr se fend d’un « sans conservateur » qui vient s’ajouter à l’image supposée saine de l’huile d’olive et de la cuisine méditerranéenne. Pourtant, la liste des ingrédients cache un additif, non pas sous son numéro comme souvent, mais sous son petit nom : le glutamate de sodium ou E621. 
La controverse autour de cet additif est d’importance, ses impacts sur la santé, maux de tête, augmentation de la pression artérielle, diabète, voir obésité et trouble du système nerveux restent encore incertains. Certains industriels ont même décidé de le retirer de leurs produits. Mais pas Knorr. 
Marre des industriels qui masquent les additifs par du marketing ?

5. Vous reprendrez bien une dose de sucre ?

Etonnant : ces cubes contiennent plus de sucre que d’herbes et d’huile d’olive ! La liste des ingrédients et le tableau nutritionnel à l’arrière du paquet ne mentent pas : c’est un fait. 
Du sucre dans un bouillon salé ? Les industriels doivent arrêter de mettre du sucre partout ! La surconsommation de sucre est un des grands responsables de l’épidémie mondiale de maladies chroniques.