Actualités 30.04.2020

Formats familiaux plus chers : les distributeurs réagissent... à leur manière.

  • Arnaques sur l'étiquette

La semaine dernière, nous publiions notre enquête sur les produits au format « familial », « maxi » ou en « lot » plus chers au kilo que leur équivalent en format standard. Une arnaque sur l’étiquette qui ne date pas d’hier, mais qui est particulièrement choquante en temps de crise. 10 produits venant de 8 grands distributeurs (E.Leclerc, Cora, Intermarché, Super U, Monoprix, Casino, Auchan, et Carrefour) illustraient cette campagne. Nous leur avons écrit pour leur demander de mettre fin de cette arnaque sur l’étiquette dans tous leurs magasins. Voici leurs réactions. 

Infographie, décrite dans le texte de l'article plus bas. download image

Réactions des 8 distributeurs interpellés par foodwatch (au 30/04)

Réaction n°1 : les prix de 8 produits sur 10 ont été modifiés, le plus souvent en catimini

Au 30 avril matin, 8 des 10 produits que nous avons épinglés le 23 avril avaient changé de prix. Chez Cora, Auchan, Super U, E.Leclerc, Intermarché et Monoprix, le grand format est maintenant moins cher au kilo que le format standard. On notera qu’à part Monoprix qui a répondu rapidement à notre courrier, l’ensemble des distributeurs ont fait ce changement en catimini, sans même nous en informer et sans aucune explication.

Réaction n°2 : allez hop ! Le produit a été retiré de la vente en ligne 

Une mention spéciale à Carrefour et Casino qui ont tout simplement supprimé – sans aucune explication - les produits en grand format des drives, sur lesquels nous les avions trouvés plus chers au kilo.  Ni vus ni connus ? Nous avons conservé les preuves et les avons transmises à la Répression des fraudes le jour de notre publication jeudi dernier…  

Réaction n° 3 : des excuses peu convaincantes

Les distributeurs qui nous ont répondu ont bien tenté de se justifier. Super U et Cora ont remis la faute sur la guerre des prix bas – et donc indirectement sur les autres distributeurs –, responsable selon eux de cette arnaque sur l’étiquette. Les produits en format standard que nous avons repérés seraient des produits « d’appel », cela signifie qu’ils en baissent le prix pour attirer les clients dans leurs magasins, quitte à ne pas faire de marge ni profit pour rester concurrentiels avec les autres distributeurs. Et c’est ainsi qu’ils justifient la différence de prix entre ces formats standard et les formats maxi ! Pour nous, c’est très peu convaincant. Pourquoi ne pas faire adapter – à minima - le même prix au kilo sur le format maxi ?!  
Cela dit, c’est toujours mieux que le silence assourdissant de E.Leclerc, Auchan, Carrefour et Casino, les mastodontes de la distribution en France qui préfèrent laisser passer l’orage que de mettre fin à cette pratique qui induit en erreur les consommateurs.  

Réaction n°4 : Des premiers engagements sous la pression des consommateurs 

Cora reconnait le problème mais la réponse de l’enseigne n’est pas très rassurante. Ils disent vouloir limiter ce type « d’incohérence de prix » mais ne nous donnent  aucune garantie. Nous leur avons répondu pour leur demander de nouveau un engagement clair. 
Les Mousquetaires d’Intermarché nous ont eux répondu  que leurs magasins étaient indépendants – ils ne sont pas dans la capacité de fixer les prix pour toute la France - mais que « la dégressivité prix des formats familiaux est bien entendu une exigence que nous veillons à garantir aux clients ». Il faut transformer cette promesse en réalité pour tous les grands formats, mais c’est un premier pas. 
Monoprix est allé plus en loin en reconnaissant qu’il s’agissait d’une « anomalie » dans son courrier à foodwatch. De plus, ils nous ont affirmé leur engagement à fournir des grands formats moins chers que les formats standards  : « Nous visons activement à offrir un avantage systématique à choisir le produit grand format, néanmoins le « zéro-défaut » est difficile à garantir ».

Ne pas relâcher la pression !

Globalement, cette différence de prix au kilo entre les grands formats et les formats standards est une stratégie assumée par certains mais surtout répandue et bien connue par tous les grands distributeurs. La fédération (la FCD) qui représente les intérêts d’une partie de la grande distribution se permet même de dire dans une interview  qu’elle ne voit pas le problème… puisque les prix au kilo sont affichés. Gonflé.

Avec vous, nous allons continuer de veiller !

Continuez à nous envoyer des exemples, on prépare un album de famille.

J'envoie ma maxi-arnaque à foodwatch

Pour aller plus loin

Vous avez aimé cet article ? On a encore plein de sujets sur le feu : aidez-nous à continuer !

foodwatch est une association 100% indépendante qui refuse tout financement public ou dons d’entreprises qui pourraient présenter le moindre conflit d’intérêt. Ce sont donc vos dons qui garantissent notre liberté de parole et d’action pour enquêter, lancer l’alerte et faire bouger les choses. Ensemble, notre voix compte. Merci !

Je fais un don