Actualités 18.08.2021

Arnaques au made in France : que font les ministères ?

  • Arnaques sur l'étiquette

À l’aube du 14 juillet, foodwatch lançait l’alerte sur les arnaques au made in France. Un mois plus tard, plus de 15 000 citoyen·nes se sont mobilisé·es et quelques marques prises sur le fait ont commencé à bouger. Les gros filons du marketing bleu-blanc-rouge font pourtant toujours fureur au rayon alimentation. Il est grand temps que les ministres de l’Économie et de l’Agriculture sifflent la fin de la récréation. Retour sur un mois de campagne et une urgence : celle d’obtenir des règles plus efficaces contre les arnaques au made in France. 
 

Arnaques au made in France au rayon alimentation : les premiers résultats de la campagne foodwatch

Trois. Nous avons donc décroché trois réactions de marques suite à nos révélations d’arnaques au made in France. Au mois de juillet, nous vous avions dévoilé la grande typologie des arnaques au made in France présents dans les rayons alimentaires. 5 catégories illustrées avec 5 produits de marques différentes : le miel Besacier, Bjorg, Intermarché, Panzani et un magasin Carrefour. Quels sont les premiers retours ? Faisons le point.

La première réaction est venue d’Intermarché… pour un simple aveu. Du bout des lèvres, leur responsable marketing a admis dans le JT de TF1 « je suis d’accord, il peut y avoir une amélioration » avant de promouvoir une application maison. Avouer, c’est bien, changer les pratiques, ce serait bien mieux, non ? 

Bjorg promet pour sa part un changement de packaging en répondant directement à notre tweet :
 

Le changement est donc censé arriver dans « un futur proche », reste à déterminer une date… Nous prenons RDV. 

Croustipate annonce des changements d’ingrédients. Pour la pâte à pizza Croustipate, nous l’avions uniquement présentée au journal le Parisien. Ce produit arbore une énorme écharpe tricolore alors que le blé, ingrédient principal, est allemand. La marque a annoncé des changements dès octobre avec une « origine France garantie » de leur blé. Un changement positif avec une date fixée, cela sent la vraie bonne nouvelle. 

Besacier sort les trompettes, les ministres restent muets. 

Panzani et Carrefour n’ont pas donné signe de vie malgré nos courriers. Le miel Besacier, lui, a sorti les trompettes. Pour rappel, le pot de miel Besacier que les foodwatchers nous signalent régulièrement concerne un miel « aux saveurs de Provence » qui affiche en gros sur la face avant du pot une adresse française. Il faut mettre le pot à la lumière pour découvrir, par jeu de transparence, que ce miel est… mexicain. Interpellée de nouveau, la marque Besacier n’a pas daigné répondre cette fois-ci. Elle a plutôt dégainé sa gamme locale sur Instagram pour claironner « Ensemble, préservons le savoir-faire local en soutenant nos apiculteurs français ». Il fallait oser.  

Le silence le plus inquiétant reste tout de même celui de Bruno Le Maire et de Julien de Normandie respectivement ministres de l’Économie et de l’Agriculture. Alors que le marketing made in France fait vendre, les arnaques sur l’étiquette pullulent dans les rayons. Certes, il nous semble indispensable de rappeler les marques à leur responsabilité, il nous apparaît encore plus urgent de mettre fin à ces innombrables arnaques au made in France par une action politique forte. 

Au rayon alimentation, le festival d’arnaques au made in France se poursuit 

En effet, l’équipe foodwatch n’a malheureusement pas eu beaucoup de difficultés pour trouver de nouvelles arnaques au made in France. Nous n’avons pas pour programme de convaincre une à une chaque marque qui joue avec nos perceptions. 

  • Vous pensez avoir repéré une arnaque au made in France ? Envoyez-nous vos photos à campagnes@foodwatch.fr

Pour mettre fin aux arnaques au made in France, signez la pétition

L’action politique se révèle aujourd’hui essentielle. Avec foodwatch demandez des produits qui correspondent pleinement aux symboles français utilisés, ou que l’information sur une origine non française soit aussi voyante et à même hauteur que les symboles français. 

Vous avez aimé cet article ? On a encore plein de sujets sur le feu : aidez-nous à continuer !

foodwatch est une association 100% indépendante qui refuse tout financement public ou dons d’entreprises qui pourraient présenter le moindre conflit d’intérêt. Ce sont donc vos dons qui garantissent notre liberté de parole et d’action pour enquêter, lancer l’alerte et faire bouger les choses. Ensemble, notre voix compte. Merci !

Je fais un don