Actualités 24.05.2022

Scandales Kinder et Buitoni : comment soutenir les plaintes de foodwatch et de victimes ?

Avec des familles de victimes, foodwatch a déposé, ce jeudi 19 mai 2022, deux plaintes : une contre Ferrero (Kinder) et une contre Nestlé (Buitoni). Ces scandales vous ont choqué·e, vous aussi ? Vous pouvez soutenir ces actions en justice de foodwatch  de deux façons. Avant de vous dire comment, rappelons pourquoi. 

Kinder et pizzas Buitoni contaminés : de (trop) nombreuses victimes d’intoxications alimentaires

Un bébé qui hurle de douleur la nuit, au point de devoir l’emmener à l’hôpital. Un autre enfant hospitalisé à 3 ans après avoir mangé des Kinder à l’anniversaire de son frère. Une petite de 2 ans alitée 11 jours, après les Kinder surprise « offerts par sa mamie ». Une enfant de 6 ans également hospitalisée suite à une salmonellose et dont les enzymes correspondent à ceux d’une personne qui aurait eu… un infarctus. 81 victimes de salmonellose ont été recensées par Santé publique France  au 4 mai 2022. 324 victimes recensées le 18 mai au niveau européen, à cause de Kinder contaminés. Le recoupement des informations se poursuit, le nombre de victimes risque donc d’augmenter. 

Une fillette de 12 ans dans un état végétatif, qui ne réagit plus aux stimuli de ses proches. Un nouveau-né mort huit heures après sa naissance, sans doute contaminé par voie intra-utérine. Un garçon de 8 ans décédé à Paris après un grave syndrome hémolytique et urémique (SHU). À ce jour, Santé Publique France recense 56 personnes infectées  par la bactérie E. Coli. Parmi les victimes, 55 enfants. Deux sont décédés. En cause ? La consommation de pizzas Fraîch’Up contaminées, de la marque Buitoni du géant Nestlé.

Dans ces deux scandales, ce sont les autorités sanitaires qui ont fini par tirer la sonnette d’alarme face aux pics épidémiques inquiétants. L’alerte aurait pourtant dû partir des fabricants. Ces drames n’auraient jamais dû survenir. 

L’hygiène de l’usine Buitoni du groupe Nestlé était tellement déplorable que le préfet du Nord a dû en ordonner la fermeture immédiate début avril. Quant à Ferrero, le groupe a finalement avoué avoir détecté de la salmonelle dans son usine d’Arlon en Belgique dès le 15 décembre… Là encore, ce sont les autorités qui ont finalement fermé l’usine de Kinder le 8 avril, après avoir conclu que la multinationale ne leur donnait pas toutes les garanties en termes de sécurité sanitaire. 

À plusieurs reprises, Nestlé et Ferrero ont gravement manqué à leurs obligations. 

À plusieurs reprises aussi, Nestlé et Ferrero ont tenté de minimiser leurs responsabilités. 
 

Scandales alimentaires, ça suffit ! Ensemble demandons justice

Avec des familles de victimes, foodwatch porte plainte au pénal contre Nestlé et contre Ferrero. Nous les attaquons en justice notamment pour tromperie aggravée, mise en danger d’autrui ou encore atteintes involontaires à l’intégrité de la personne. 
Karine Jacquemart Directrice Générale Foodwatch France

Que pouvez-vous faire, vous ? Vous pouvez signer cette lettre de soutien, vous appuierez ainsi notre démarche juridique. Cette déclaration de soutien est précieuse car, ajoutée au dossier de la plainte, elle vient souligner à quel point nous sommes nombreux et nombreuses à attendre une enquête et des sanctions exemplaires. 

Signez la lettre de soutien aux plaintes contre Nestlé et Ferrero

Nous soutenir financièrement, c'est nous aider à continuer !

Pour nous soutenir, vos dons vont aussi être très importants. Creuser, recouper, dévoiler, compiler, vérifier, alerter, accompagner les victimes… ce combat que nous menons contre les scandales alimentaires va être long. Nous verser un don chaque mois, c’est participer activement à nos actions. Association 100% indépendante, notre travail méticuleux n’est possible que grâce à votre soutien financier. Un grand merci par avance.

Je fais un don