Actualités 04.02.2020

Journée mondiale contre le cancer : stop aux nitrites ajoutés !

  • Additifs

Veuillez cliquer pour afficher le lecteur YouTube

Vidéo | Nitrites ajoutés : 4 000 cas de cancers par an liés à la viande transformée pourraient être évités chaque année en France

En novembre dernier, nous lancions avec Yuka et la Ligue contre le cancer une pétition pour demander l’interdiction des nitrites ajoutés dans notre alimentation. La Journée mondiale contre le cancer, ce 4 février, est l’occasion de rappeler que la suppression des additifs E249, E250, E251 et E252 permettrait d’éviter jusqu’à 4000 nouveaux cas de cancer par an en France. Les industriels, la ministre de la Santé ne peuvent plus se permettre de faire comme s’ils ne savaient pas.

Des additifs dangereux pour notre santé  

Les additifs nitrés présentent un danger pour la santé par effet indirect. Le traitement de la viande par les nitrites entraîne la formation de composés cancérogènes telles que les nitrosamines. Ces substances favorisent l’apparition du cancer de l’estomac et du cancer colorectal, le deuxième cancer le plus mortel après celui des poumons, pourtant évitable d’après l’agence nationale Santé publique France. Il est d’autant plus logique de les interdire que les industriels savent s’en passer : on trouve de plus en plus de produits sans nitrite dans nos rayons. 

Avec vous, nous exigeons une alimentation sans nitrites ajoutés !

Une mobilisation de grande ampleur 

Nous sommes déjà plus de 180 000 – et le compteur ne cesse de monter - à demander à la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, d’agir. Si, dans un premier temps, sa réaction a été quasi inexistante, la pression des très nombreux signataires de la pétition semble la pousser à revoir sa position. La réponse qu’elle nous a adressé le 22 janvier dernier montre enfin une véritable considération du sujet. La ministre a demandé à l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (ANSES) de remettre un avis basé sur des preuves scientifiques. Nous sommes confiants que la ministre disposera d’arguments solides pour prendre une décision en faveur de la santé des citoyens : les études qui établissent un lien entre la consommation d’additifs nitrés et certains cancers ne manquent malheureusement pas. 

Les échos de notre demande résonnent plus loin que le bureau de la ministre. Dans les travées de l’Assemblée nationale, la question des nitrites ajoutés fait débat. Une Commission parlementaire a rapidement été nommée pour faire la lumière sur ce dossier. Ses travaux et auditions débuteront mi-février 2020 et devraient eux aussi aider à faire interdire ces nitrites et nitrates. Enfin, au niveau local, des dizaines de candidat.e.s aux élections municipales ont pris l’engagement de supprimer les nitrites des cantines scolaires s’ils sont élus. Ils exigeront de leurs fournisseurs des produits sans nitrite. On ne tergiverse pas avec la santé des enfants !

La pression monte donc sur les décideurs et les industriels. Et plus nous serons nombreux.ses, plus notre voix portera.    
 

Vous avez aimé cet article ? On a encore plein de sujets sur le feu : aidez-nous à continuer !

foodwatch est une association 100% indépendante qui refuse tout financement public ou dons d’entreprises qui pourraient présenter le moindre conflit d’intérêt. Ce sont donc vos dons qui garantissent notre liberté de parole et d’action pour enquêter, lancer l’alerte et faire bouger les choses. Ensemble, notre voix compte. Merci !

Je fais un don