Communiqués de presse 12.07.2019

Amora : par amour du goût peut-être, mais pas du Made in France, dénonce foodwatch

A l’occasion des 100 ans de la marque, Amora, partenaire officiel du Tour de France, organise ce dimanche 14 Juillet « la table la plus conviviale de France ». De quoi faire rêver de produits du terroir bien de chez nous. Pourtant, même si (une partie) des usines sont toujours en France, Amora, qui appartient au géant Unilever, est loin de pouvoir se vanter de vendre des aliments si français. foodwatch a épinglé 3 produits qui accompagnerons sûrement le menu du « barbecue bleu-blanc-rouge » d’Amora dont les ingrédients sont produits loin, très loin, avec la Moutarde de Dijon, les Cornichons extra fin et le Ketchup Tomato. 

foodwatch s’invite au « barbecue bleu-blanc-rouge » qu’organise Amora dans le cadre du Tour de France ce dimanche 14 Juillet. Nous avons regardé de plus près l’origine des ingrédients des produits phares de leurs gammes. 

Si la moutarde de Dijon Amora continue d’être fabriquée dans la région de Dijon, les graines de moutarde utilisées pour sa préparation viennent en fait principalement du Canada et d’autres pays étrangers, alors que la France ne produit que 5% de la moutarde qu’elle consomme. En fait, la « Moutarde de Dijon » est juste une recette, et ne bénéficie pas d’une Indication Géographique Protégée (IGP) telle que la « Moutarde de Bourgogne ». Elle peut donc être produite où l’on veut à travers le globe avec des ingrédients de n’importe quelle provenance.  

Les cornichons « Croq'Vert Extra-fins» ne font pas exception. Le sujet avait déjà été révélé par foodwatch en 2017, et la situation n’a pas changé pour Amora : les cornichons proviennent en grande majorité d’Inde. Aujourd’hui en France 80% des cornichons vendus sont indiens, et seules quelques marques proposent un véritable cornichon français, ce qui n’est pas le cas d’Amora à ce jour. 

Enfin, le Ketchup « Tomato » aux tomates « mûries au soleil et issues de l'agriculture durable » mais sans aucune indication sur leur origine, ni sur la bouteille, ni sur le site internet d’Amora.

Il a fallu interroger le service client pour apprendre qu’elles viendraient majoritairement d’Espagne et d’Italie, pas de France.     

Pour Camille DORIOZ, Responsable de campagnes chez foodwatch, « Amora profite du Tour de France et de la fête nationale pour mettre en avant ses produits et son identité française. Derrière cette façade marketing, les cornichons, les graines de moutardes et les tomates utilisés sont majoritairement importés, et parfois de très loin ! » 

D’après un sondage IFOP de 2018, trois quarts des Français·e·s sont prêt·e·s à payer plus cher pour des produits d’origine France. L’industrie agroalimentaire s’empare donc largement de cet attrait marketing pour induire en erreur le consommateur sur le Made in France. foodwatch dénonce régulièrement cette anarque sur l’étiquette, en débusquant les drapeaux tricolores et autres symboles bleu-blanc-rouge ou cartes de France sur des produits dont la provenance des ingrédients est loin d’être les terroirs français. 

« Si d’habitude cette arnaque sur l’étiquette se retrouve sur le produit, cette fois Amora a vu plus grand en essayant d’emballer l’ensemble de son image dans un drapeau bleu-blanc-rouge en associant son événement au 14 Juillet et au Tour de France. N’oublions pas que Amora-Maille n’est plus le petit groupe français fabricant traditionnellement de la moutarde dans son usine de Dijon. Il fait partie depuis 2008 d’Unilever, le géant néerlandais de l’agroalimentaire que nous avons déjà épinglé à plusieurs reprises pour des arnaques sur l’étiquette. Il est temps que les industriels cessent ces pratiques ».

Sources