Communiqués de presse 18.01.2022

Nitrites : une loi discutée à l’Assemblée nationale pour éviter des milliers de cancers

foodwatch, Yuka et la Ligue contre le cancer mobilisées avec les citoyens et citoyennes

La proposition de loi pour interdire les nitrites et nitrates ajoutés dans notre alimentation sera débattue à l’Assemblée nationale le 3 février prochain – veille de la Journée mondiale contre le cancer - mais c’est maintenant que tout se joue. 

Il reste deux semaines pour convaincre les députés de choisir le camp de la santé publique. Depuis novembre 2019, plus de 362 000 citoyens et citoyennes ont signé la pétition lancée par foodwatch, Yuka et la Ligue contre le cancer pour réclamer l’interdiction de ces additifs qui présentent des risques avérés pour la santé. Les trois organisations ont remis cette pétition ce lundi 17 janvier au ministère des Solidarités et de la Santé, en présence d’une représentante du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Elles lancent à présent un outil d’interpellation en ligne afin que les citoyen.nes encouragent leurs député.es  à voter pour l’interdiction des nitrites ajoutés dans l’alimentation. 

foodwatch, Yuka et la Ligue contre le cancer rappellent qu’il s’agit d’un enjeu crucial de santé publique : ces additifs peuvent en effet contribuer à la formation de composés potentiellement cancérogènes. Des milliers de cancers seraient ainsi évitables. Les trois organisations commenteront publiquement la répartition des votes à l’issue des débats au sein de l’hémicycle. Ces derniers promettent d’être corsés car l’ombre des lobbies plane. 

Karine Jacquemart, directrice de foodwatch France, Emmanuel Ricard, Délégué prévention et promotion des dépistages de la Ligue contre le cancer et Julie Chapon, co-fondatrice de Yuka et remettent les signatures à la pétition demandant l’interdiction des nitrites au ministère des Solidarités et de la Santé, en présence d’une représentante du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Paris, le 18 janvier 2022. La « proposition de loi relative à l’interdiction progressive des additifs nitrés dans les produits de charcuterie » déposée par les députés Richard Ramos, Patrick Mignola, Barbara Bessot Ballot, Michèle Crouzet (et une cinquantaine de membres du groupe Mouvement Démocrate et Démocrates apparentés) est le résultat de nombreuses auditions – scientifiques, industriels, experts, société civile - par la mission parlementaire d'information sur les sels nitrités dans l'industrie agroalimentaire.

Cette proposition de loi prévoit notamment :

  •    L’interdiction des nitrites et nitrates ajoutés – E249, E250, E251, E252 - dans la viande transformée : en 2023 pour les charcuteries crues et en 2025 pour les charcuteries cuites (jambon "blanc" par exemple) ; 
  • D’ici là, un étiquetage clair sur la viande transformée contenant des nitrites ou nitrates ajoutés précisant : « Contient des nitrites ou des nitrates ajoutés et qui peuvent favoriser les cancers colorectaux » ainsi que la quantité d’additifs utilisés. Les publicités pour ce type de produits devront elles aussi intégrer un message de santé publique sur le sujet ;
  • La loi concerne également les extraits végétaux riches en nitrates utilisés comme additifs. Les industriels ne pourront pas la contourner via cette méthode alternative qui pose les mêmes problèmes sanitaires que les nitrites et nitrates « classiques ».

Pour Karine Jacquemart, directrice de foodwatch : « Des centaines de milliers de citoyens ne veulent plus être exposés à un potentiel risque de cancer lié aux nitrites ajoutés dans leur alimentation. Les industriels savent très bien faire du ‘sans nitrites’. Nous ne laisserons pas les marques comme Herta, Madrange, Cochonou, Auvernou, Montagne Noire, Fleury Michon et d’autres continuer à se réfugier derrière leur lobby, la FICT et à museler l’information. Aujourd’hui, nous demandons au gouvernement et aux député.es de choisir clairement leur camp : l’enfumage ou la santé publique ». 

Julie Chapon de Yuka souligne : « Il est urgent que les consommateurs n’aient plus à s’inquiéter et à scanner les produits pour vérifier la présence de ces additifs ». 

Emmanuel Ricard, Délégué Prévention et Promotion des dépistages de la Ligue contre le cancer, confirme : « Des milliers de cancers pourraient être évités chaque année grâce à cette loi. Il est donc important de la voter. Nous comptons sur nos député.es pour prendre la bonne décision, ne pas privilégier les intérêts économiques mais faire passer avant tout la santé publique ». 

foodwatch, Yuka et la Ligue contre le cancer – toutes trois apolitiques - seront présentes à la conférence de presse organisée à l’Assemblée nationale (entrée de la presse : 33 quai d’Orsay, 75007 Paris) ce mardi 18 janvier à partir de 17h par le député Richard Ramos, pour défendre ce sujet crucial de santé publique avant le vote du 3 février. Accréditations : service presse Assemblée nationale - 01 40 63 64 41 ou presse@assemblee-nationale.fr

Sources: 


•    Proposition de loi relative à l’interdiction progressive des additifs nitrés dans les produits de charcuterie, 21 décembre 2021
•    Interpellation des députés pour qu’ils votent l’interdiction des nitrites et nitrates ajoutés 
•    3 stratagèmes du lobby de la charcuterie pour éviter l’interdiction des nitrites ajoutés
•    Pétition foodwatch, Yuka, Ligue contre le cancer : « Stop aux nitrites ajoutés dans notre alimentation »
•    Rapport d’information par la Commission des Affaires économiques (Assemblée nationale) sur les sels nitrités dans l’industrie agroalimentaire 
•    4 380 nouveaux cas de cancer par an (estomac et colon) sont attribuables à la consommation de viande transformée in Les cancers attribuables au mode de vie et à l’environnement en France métropolitaine - Centre international de Recherche sur le Cancer Lyon, 2018 – page 73
•    Questions-réponses
•    On retrouve ces additifs dans la liste des ingrédients sous les noms de code E249 (nitrite de potassium), E 250 (nitrite de sodium, le plus utilisé par les industriels), E251 (nitrate de sodium) et E252 (nitrate de potassium)
•    Évaluation par le Centre international de la recherche pour le cancer (CIRC) de la cancérogénicité de la  consommation de la viande rouge et de la viande transformée (2018)
•    Les nitrosamines sont classées cancérogènes probables pour l’homme (catégorie 2A) par le Centre international de la Recherche contre le Cancer (CIRC), page 325
•    La consommation de 50 grammes de viande transformée par jour augmente le risque de cancer colorectal de 18%, communiqué du CIRC (2015)
•    665 000 tonnes de charcuterie sont achetées par les ménages en France pour leur consommation à domicile
•    Le cancer colorectal est le deuxième cancer le plus mortel (après celui des poumons) ; il est pourtant évitable
•    Expansion du marché du « sans nitrite » en France in LSA (octobre 2019)
•    Evaluation du CIRC sur le risque cancérogène des nitrites et nitrates - Ingested Nitrate and Nitrite, and Cyanobacterial Peptide Toxins, IARC Monographs on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans (2010)
•    Formation and mitigation of N-nitrosamines in nitrite preserved cooked sausages
•    Oxidation and nitrosation of meat proteins under gastro-intestinal conditions: Consequences in terms of nutritional and health values of meat
•    Meat processing and colon carcinogenesis: cooked, nitrite-treated, and oxidized high-heme cured meat promotes mucin-depleted foci in rats

Contacts

foodwatch – Ingrid Kragl – 06 01 23 12 46
Yuka – Julie Chapon – 06 67 41 36 99
Ligue contre le cancer - Aelya Noiret  – 06 52 03 13 47