Foire aux questions

Laits en poudre pour bébés contaminés aux huiles minérales toxiques

Des tests en laboratoires réalisés pour foodwatch ont révélé que des laits en poudre pour bébés vendus en France par Nestlé et Danone sont contaminés par des hydrocarbures aromatiques d'huiles minérales, appelés MOAH. Des produits Neolac, Hero Baby et Nutrilon, commercialisés en Allemagne et aux Pays-Bas, sont également concernés. 

Soyons clairs, vos enfants ne sont pas exposés à un danger immédiat et aigu. Mais la contamination des produits alimentaires par des huiles minérales aromatiques, aussi appelés MOAH, est inacceptable, surtout pour les bébés, car ces substances sont potentiellement cancérogènes, mutagènes et perturbateurs endocriniens.

C’est un enjeu de santé publique. Il n’y pas de place pour l’incertitude et l’inaction.

Nos réponses à vos questions

C’est un dérivé complexe d’hydrocarbures - de pétrole brut - qui a de nombreuses utilisations dans l’industrie. Les huiles minérales sont constituées d’hydrocarbures saturés d'huile minérale (MOSH) et hydrocarbures aromatiques d'huile minérale (MOAH). 
On retrouve des huiles minérales dans des colles, des encres mais aussi comme liants anti-poussière, lubrifiants dans les machines de production, comme agents de démoulage, comme agents de polissage ou dans les adhésifs. 
Malheureusement, ces substances toxiques qui contaminent nos denrées sont invisibles à l’œil nu. foodwatch a demandé à trois laboratoires certifiés de les détecter et cette batterie de tests prend du temps, en plus d’être coûteuse.

Rassurez-vous, les tout-petits qui consomment les laits testés par foodwatch ne sont pas exposés à un danger immédiat aigu.
Cependant, les recommandations de l’Anses, l’agence française de sécurité sanitaire de l’alimentation ainsi que de son équivalent européen, l’EFSA, sont très claires : toute exposition aux hydrocarbures aromatiques (MOAH) par l’alimentation présente des risques pour la santé. Ces substances toxiques sont potentiellement cancérogènes, mutagènes et perturbateurs endocriniens. 
Donc, à titre préventif, nous vous conseillons d’éviter d’utiliser des laits en poudre concernés par la contamination aux hydrocarbures aromatiques d'huile minérale, jusqu’à ce que les marques concernées s’engagent à ne vendre que des produits sans MOAH. En France, nos tests ont révélé une contamination par ces MOAH dans les deux produits suivants : Nidal Lait en poudre 1er âge, De 0 à 6 mois (Nestlé) et Gallia Galliagest Croissance sans lactose, De 12 mois à 3 ans (Danone). 
Pour des informations plus précises,  consultez notre dossier et résultats de tests en laboratoires
En vous appuyant sur notre rapport, vous pouvez évoquer le sujet avec votre pédiatre. Néanmoins, il ne sera pas en mesure de détecter la contamination dans l’organisme d’un bébé.

A titre préventif, nous vous conseillons d’éviter d’utiliser des laits en poudre concernés par la contamination aux hydrocarbures aromatiques d'huile minérale d’après nos tests, jusqu’à ce que les marques concernées s’engagent à ne vendre que des produits sans MOAH. 
Avec foodwatch, demandez aux fabricants de prouver l’absence d’hydrocarbures aromatiques d'huile minérale (MOAH) dans les laits en poudre pour bébés par le biais de notre pétition (un email est directement envoyé aux PDG de Nestlé et Danone). Vous pouvez aussi contacter les fabricants directement puis n’hésitez pas à nous communiquer leurs réponses.

foodwatch n’a pas pour mission de dire aux consommateurs·trices ce qu’ils doivent consommer ou pas. Notre rôle est d’alerter quand il y a des dangers pour la santé et de forcer les responsables à prendre des mesures. 
Le problème ici est que les huiles minérales sont invisibles à l’œil nu, et qu’elles peuvent migrer progressivement vers les aliments. Parmi les huit laits pour bébés achetés en France et testés en laboratoires, deux sont contaminés par les substances toxiques les plus dangereuses, les hydrocarbures aromatiques d'huile minérale (MOAH). Les résultats de nos tests ont donc montré que les six autres produits à ce moment -là précis n’étaient pas contaminés par des MOAH et pas ou très peu contaminés par des huiles minérales saturées (MOSH). Mais cela n’est pas une garantie en soi qu’un autre échantillon de ces produits à un autre moment ne puisse pas être contaminé. 
La seule façon d’être protégés efficacement est que TOUS LES FABRICANTS ET DISTRIBUTEURS S’ENGAGENT à s’assurer et contrôler qu’ils ne commercialisent que des produits alimentaires sans présence de MOAH détectable. 
foodwatch a écrit à plusieurs marques pour leur demander ces garanties. Six des plus grands distributeurs ont déjà pris ces engagements. Mais cela ne suffit pas. 
Nous nous battons depuis 2015 pour qu’une réglementation oblige enfin les industriels à s’assurer qu’aucun produit n’est contaminé, en France et en Europe. 
Plus d’informations dans notre dossier complet sur le sujet (pdf).
 

Non, pas encore. foodwatch milite depuis 2015 pour réclamer une réglementation qui nous protège de cette contamination, en France et en Europe. Les huiles minérales sont omniprésentes dans notre environnement. foodwatch avait déjà révélé grâce à des tests leur présence dans de nombreux aliments secs, comme le riz, les pâtes, le chocolat et les huiles alimentaires, mais aussi dans les emballages. 
En 2017, l’Anses, l’agence française de sécurité sanitaire de l’alimentation a recommandé au gouvernement de réduire la contamination des denrées alimentaires par ces composés en priorité.  L’autorité sanitaire européenne (EFSA) affirme également que toute exposition aux hydrocarbures aromatiques par l’alimentation présente un risque pour la santé. 
Les industriels connaissent le problème depuis longtemps, les autorités aussi – nous les avons interpelées et rencontrées à plusieurs reprises depuis 2015 - mais la réglementation se fait toujours attendre. C’est pourquoi nous continuons à nous mobiliser, ensemble.

Afin de garantir aux tests de produits le maximum de précision, de fiabilité et de reproductibilité, foodwatch a missionné plusieurs laboratoires accrédités DIN EN ISO/IEC17025. Ces laboratoires ont utilisé la toute dernière méthode de détection recommandée par la Commission européenne en 2019. Les résultats positifs d’une contamination aux hydrocarbures aromatiques d'huile minérale (MOAH) ont été vérifiés par trois laboratoires différents. 
Étant donné l’état actuel des techniques d’analyse et des bonnes pratiques de laboratoire, il n’est pas possible d’obtenir des résultats plus précis. Nous sommes donc sûrs des résultats. Si vous voulez avoir des informations plus précises sur la méthodologie n’hésitez pas à consulter notre rapport. 
Toutes les marques doivent s’engager à s’assurer et contrôler qu’ils ne commercialisent que des produits alimentaires sans présence de MOAH détectable. 
En attendant, nous exigeons qu’ils rappellent les produits concernés par cette contamination.

En fait, ces huiles minérales aromatiques (MOAH) et ces huiles minérales saturées (MOSH) ne sont pas ajoutées volontairement dans la poudre de lait. 
Les huiles minérales sont utilisées spécifiquement par l’industrie alimentaire par exemple, comme liants anti-poussière, lubrifiants dans les machines de production, comme agents de démoulage, comme agents de polissage ou dans les adhésifs. Elles peuvent donc pénétrer dans les denrées alimentaires à tous les stades de la chaîne de transformation, de la récolte à l’emballage, en passant par le traitement ultérieur. C’est pourquoi il est difficile d’en identifier les origines précises sur la seule base des analyses en laboratoire. 
Toutefois, nos analyses indiquent qu’il est possible que la contamination ait eu lieu lors de la fabrication des boîtes en métal. Pour peu que les feuilles de métal ou les boîtes, une fois finies, n’aient pas été nettoyées correctement, ces composants d’huile minérale ont pu migrer de la face intérieure de la boîte au lait en poudre.

Après nos premiers tests en Europe en 2015 sur la contamination par les huiles minérales de nombreux aliments secs de grande consommation, (riz, céréales, etc.) dans des emballages en carton, nous avons voulu montrer que le problème reste entier, même pour des produits à destination des bébés, et avec un autre type d’emballage. Nous avons donc décidé de cibler des produits utilisés par de nombreux parents et facilement accessibles, de grandes marques, vendus en supermarchés : des laits pour bébés dans des boîtes en métal.

foodwatch ne peut pas apporter de réponse précise à cette question. 
D’une part, s’il est possible que la contamination par des huiles minérales dans les laits infantiles provient des boîtes en métal, les sources peuvent en fait être multiples. 
D’autre part, si deux laits en France sur les huit testés ont montré une contamination aux hydrocarbures aromatiques d'huile minérale (MOAH), on ne peut pas pour autant en déduire que les six autres laits ne sont pas concernés par une potentielle contamination aux MOAH. En effet, le problème est que les huiles minérales peuvent migrer progressivement vers les aliments. Ainsi, même si les résultats de nos tests ont montré pour six produits achetés en France qu’à un moment T ils n’étaient pas contaminés, cela n’est pas une garantie en soi qu’un autre échantillon de ces mêmes produits ne puisse pas être contaminé à un autre moment. 
La seule garantie qui serait suffisante est que tous les fabricants s’engagent à ne commercialiser que des produits alimentaires sans présence détectable de MOAH. Il est de la responsabilité de chacun des fabricants de prouver que leurs produits ne sont pas contaminés. 
En attendant cette preuve, afin d’éviter le risque le plus fort, Nestlé et Danone doivent rappeler les produits pour lesquels nos tests ont révélé une contamination par les MOAH. 
foodwatch va continuer de se battre pour qu’une réglementation protège enfin tous les consommateurs·trices en France et en Europe. Face à ces substances potentiellement cancérogènes, mutagènes (elles perturbent durablement l’ADN) et perturbateurs endocriniens, il ne devrait pas y avoir de place pour l’incertitude.

foodwatch ne peut pas se prononcer avec certitude pour tous les produits présents sur le marché, puisque nous ne disposons d’aucun résultat de laboratoire, hormis pour les produits que nous avons testés. Nos conclusions, toutefois, qui s’appuient sur les résultats issus des laboratoires, suggèrent que la contamination aux huiles minérales n’est pas rare dans le lait en poudre pour bébé vendu en boîte métallique – puisque 50 % des produits testés ont révélé une contamination par des MOAH. 
Il est de la responsabilité des industriels de prouver que l’ensemble de leurs produits ne sont pas contaminés par des huiles minérales, quel que soit le type d’emballage utilisé.

Les huiles minérales sont omniprésentes dans notre environnement. Leur présence a été détectée - par foodwatch, entre autres - dans de nombreux aliments, comme le riz, les pâtes, le chocolat et les huiles alimentaires, mais aussi dans les emballages, les jouets pour enfants, les aliments pour animaux et les produits cosmétiques. foodwatch avait testé déjà plus de 100 produits en 2015. Parmi les 42 produits testés achetés en France, 60% étaient contaminés par des MOAH la catégorie la plus dangereuse d’huiles minérales.

La Commission européenne s’est saisie du sujet suite au lancement de la campagne de foodwatch fin 2015, en organisant des petits pas tels qu’un plan de surveillance avec les Etats membres et une collecte de données. Mais on est encore bien loin de la mise en place d’une règlementation européenne nécessaire pour protéger tous les consommateurs·trice·s en Europe, exposés tous les jours à ces substances toxiques invisibles à l’œil nu.
Quant au gouvernement en France, nous n’avons cessé depuis quatre ans de les interpeller, les rencontrer, leur faire des propositions par exemple d’un arrêté interministériel qui permettrait avant une décision européenne de contraindre les entreprises à ne commercialiser que des produits alimentaires sans MOAH, hydrocarbures aromatiques d'huile minérale. Mais, malgré nos relances, nous n’avons aucune information claire sur ce dossier mené par le Ministère de l’Economie avec les ministères de la Santé, de l’Environnement et de l’Agriculture. Aucune mesure concrète n’a encore été prise à ce jour. foodwatch est une organisation de campagne, forte du soutien des nombreux consommateur·trice·s qui la suivent et la soutiennent. Nous allons donc continuer à mettre la pression sur les autorités pour qu’elles fassent avancer ce dossier au plus vite. 
Pourtant, rappelons que l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) elle-même a confirmé dans son avis de 2017 au gouvernement qu’il était « nécessaire de réduire la contamination des denrées alimentaires par ces composés en priorité ». Et le rapport de la Commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur l’alimentation industrielle de 2018 réitérait cette recommandation sur les huiles minérales.

Une lettre a été envoyée à Danone et à Nestlé le 24 octobre 2019 matin afin de les informer des résultats de nos tests. Nous les sommons de rappeler immédiatement les produits concernés par une contamination de MOAH et de s’engager au plus vite sur zéro contamination par des huiles minérales aromatiques dans l’ensemble de leurs produits. 
Nous avons également informé les autres entreprises dont les produits ont été testés et leur avons demandé un engagement similaire sur zéro contamination par des huiles minérales. Nous avons fait de même avec deux autres entreprises importantes sur le marché du lait pour bébé dont nous n’avons pas testé les produits. 
Rappelons par ailleurs que toutes les marques de l’industrie agroalimentaire ainsi que la grande distribution sont tout à fait conscientes de la problématique et ne peuvent l’ignorer depuis les révélations de foodwatch sur des dizaines de produits testés en 2015.

Demandez à Nestlé et Danone le rappel immédiat des produits concernés par cette contamination