Actualités 01.09.2022

Shrinkflation ou inflation masquée : des aliments qui rétrécissent et des prix qui grimpent

Notre nouvelle enquête est partie de certaines de vos alertes, chers foodwatchers. En ces temps où l’inflation pèse sur nos budgets, autant vous le dire d’emblée, le constat n’est pas réjouissant pour nos portemonnaies : la taille de certains produits de grande consommation diminue en catimini alors que leur prix au kilo ou au litre augmente. C’est ce qu’on appelle la shrinkflation (to shrink signifie rétrécir en anglais) ou inflation masquée. 

Alors que faire face à cette inflation masquée?

Faut-il mémoriser tous les poids et prix des aliments que l’on achète afin de pouvoir les comparer d’une semaine sur l’autre ? Evidemment, non. C’est la raison pour laquelle nous lançons aujourd’hui une pétition  pour exiger la transparence sur ces changements furtifs de formats et de prix. Nous voulons une information claire en face avant du produit et aussi sur les sites de vente en ligne, indiquant toute modification de format. 

Ce produit que vous avez l’habitude d’acheter vous semble différent ? Difficile de mettre le doigt sur ce qui cloche, jusqu’à ce l’on se rende compte que sa taille a rétréci en catimini. En regardant de plus près, son prix au kilo ou au litre...

Je signe

Shrinkflation : Kiri, St Hubert, Saint Louis, Salvetat, Lindt ou Teisseire entre autres

En France, les prix à la consommation ont augmenté de 6% depuis un an, selon l’Insee. Cette inflation frappe déjà de plein fouet des millions de foyers. Certains produits alimentaires ont même vu leur prix bondir de 30%.  Alors pour éviter d’afficher une trop forte augmentation du prix à l’unité, la tentation pour les industriels de l’agroalimentaire de réduire le format en toute discrétion afin de masquer la hausse de prix pourrait être grande. Car les fabricants et distributeurs ne sont pas à leur coup d’essai avec cette pratique.

Nous avons déniché 6 produits ayant subi une inflation masquée ces dernières années pour illustrer cette campagne : 

Moins 12% en taille, plus 25% en prix

C’est bien simple : en moyenne, le panier composé de ces six produits épinglés par foodwatch a vu son poids diminuer de 12% mais son prix au kilo ou au litre augmenter de 25%.

Avec notre pétition , nous ne nous arrêtons pas aux six exemples que nous avons trouvés. Nous avons alerté les autorités. Nous demandons surtout aux marques concernées, aux autres fabricants et aux distributeurs de s’engager à informer clairement les consommateurs et consommatrices des changements opérés. L’opacité est totalement inacceptable. 
 

Méthodologie : comment foodwatch a débusqué la shrinkflation

L’inflation masquée est difficile à documenter car on ne trouve pas les deux formats en rayons en même temps. Nous nous sommes donc plongés dans les anciens catalogues promotionnels des supermarchés et avons ainsi retrouvé des formats plus grands et moins chers. Une réduction de taille de 10 à 20% permet, l’air de rien, de réaliser de jolies économies à l’insu des consommateurs lorsque les prix grimpent jusqu’à +37% au litre ou au kilo tandis que les prix à l’unité augmentent bien moins. Certaines modifications opérées en catimini remontaient à 2019.

Le phénomène n’est donc pas récent mais risque fortement de s’accroître car les fabricants justifient souvent la shrinkflation par le prix des matières premières, en forte augmentation ces derniers mois. Notez que nous avons effectué ces calculs cet été 2022 et que les prix continuent d’évoluer. 

Démonstration en images dans le documentaire diffusé le jeudi 1er septembre 2022 à 22h55 dans Complément d'enquête sur France 2

On a encore plein de sujets sur le feu : aidez-nous à continuer !

foodwatch est une association 100% indépendante qui refuse tout financement public ou dons d’entreprises qui pourraient présenter le moindre conflit d’intérêt. Ce sont donc vos dons qui garantissent notre liberté de parole et d’action pour enquêter, lancer l’alerte et faire bouger les choses. Ensemble, notre voix compte. Merci !

Je fais un don