La malbouffe qui rend malade

Le problème

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) met en garde contre l’« épidémie mondiale d’obésité » et ses conséquences, à commencer par le développement de maladies chroniques. D’après l’OMS, 41 millions d’enfants de moins de 5 ans à travers le monde sont en surpoids ou obèses. La France n’échappe pas à ce phénomène : près de 50% de la population est en excès de poids, selon les derniers chiffres de Santé publique France . Un Français sur deux présente donc un risque accru de contracter des maladies cardio-vasculaires ou le diabète de type II. Cela engendre des souffrances individuelles, ainsi qu’un coût sociétal important. En effet, le coût des maladies liées à l’obésité et au surpoids est comparable à celui de l’alcool et du tabac, d’après la direction du Trésor.

La situation actuelle

D’où vient cette épidémie ? Au-delà de facteurs génétiques, la métamorphose de l’offre alimentaire au cours des dernières décennies est pointée du doigt par les experts. Aujourd’hui, des aliments très caloriques, riches en sucre et fortement transformés sont disponibles en excès partout et à tout moment. La raison est toute simple : les boissons sucrées, les friandises et les snacks sont les produits les plus rentables. Pour l’industrie agroalimentaire, les fruits et les légumes ne sont pas assez profitables.

De nombreuses associations médicales nationales et internationales demandent donc aux pouvoirs publics d’encourager une alimentation saine par des mesures ciblées : un meilleur étiquetage, des normes contraignantes pour les cantines, des taxes sur les aliments les moins sains, des limitations sur le marketing auprès des enfants ou encore des avertissements sur les boissons sucrées. Mais les élus refusent pour l’instant d’adopter des lois en ce sens. La directrice de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), Margaret Chan, propose une explication aussi simple que triste : « Aucun État n’a réussi à endiguer l’épidémie d’obésité, quel que soit le groupe d’âge étudié. Pourtant, la volonté individuelle ne manque pas. C’est la volonté politique de s’attaquer à une grande industrie qui fait défaut. »

Cela doit changer !

Les revendications de foodwatch

Afin de prévenir l’obésité et les maladies chroniques liées au surpoids, il faut agir sur l’offre, afin que le choix le plus sain devienne le choix le plus simple. foodwatch défend donc un changement d’approche, pour passer de l’autorégulation par les entreprises à des règlementations contraignantes sur l’étiquetage, la publicité, et la fiscalité.

•    Au niveau européen, la France doit défendre une réforme du règlement sur l’information au consommateur afin de rendre l’étiquetage nutritionnel obligatoire à l’avant des emballages (et plus seulement volontaire comme c’est le cas aujourd’hui). Dans ce cadre, la valeur de référence pour la consommation de sucre doit être en ligne avec les recommandations de l’OMS.

•    La France doit interdire la publicité ciblant les enfants de moins de 16 ans pour les produits très gras, très sucrés ou salés (sur la base des profils nutritionnels établis par l’Organisation mondiale de la santé). Ce marketing peut prendre plusieurs formes : utilisation de personnages de dessins animés, de célébrités, sponsoring, publicité traditionnelle, jouets, packaging, communication sur les réseaux sociaux… Les engagements volontaires dans ce domaine ne suffisent pas à empêcher le marketing de produits mauvais pour la santé auprès des enfants.

•    La taxe sur les boissons sucrées doit être augmentée, avec un objectif de 20% du prix de vente. Pour encourager les fabricants à modifier leurs recettes, et mieux faire la différence entre boissons peu sucrées et très sucrées, cette taxe devrait être basée sur la quantité de sucre présente dans les boissons. Les bénéfices pourraient servir à soutenir la consommation de fruits et légumes, à financer des programmes de santé publique ou encore à améliorer la qualité des repas servis dans les écoles.

Dernière modification le 22/09/2017
 
La newsletter foodwatch
abonnés:

Vous aussi, inscrivez-vous !